Carnaval de Dunkerque : le bal de «La Nuit des noirs» accusé de racisme

Des fêtards prennent part au carnaval de Dunkerque, dans le nord de la France, le 7 février 2016 [PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives] Des fêtards prennent part au carnaval de Dunkerque, dans le nord de la France, le 7 février 2016 [PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives]

«La Nuit des noirs», le bal costumé organisé dans le cadre du carnaval de Dunkerque (Nord), est au coeur de la polémique sur le «blackface». Il est accusé de racisme sur les réseaux sociaux.

Lors de cette soirée, qui a lieu tous les cinq ans au profit de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM), la majorité des «carnavaleux» se griment en «noirs» avec pagnes de rafia et coiffes à plumes, dans la lignée de la tradition américaine du «blackface», bannie aux Etats-Unis depuis le mouvement des droits civiques dans les années 60.

Une pétition a été lancée pour demander l’arrêt de la «Nuit des Noirs». Elle a pour le moment été signée par près de 19.000 personnes.

Un blackface qui fait polémique

«Le blackface n'est pas seulement un acte raciste, il a partie liée avec le crime contre l'humanité. Il est l'envers grimaçant de l'esclavage, qu'il a rendu tolérable, voire tout à fait divertissant, aux yeux des peuples d'Occident», a protesté Louis-Georges Tin, président du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), dans une tribune publiée par Le Monde.

Le CRAN n'a pas réclamé l'annulation de «La Nuit des noirs», mais M. Tin a proposé d'en faire évoluer la thématique, «de la transformer en 'nuit des bleus', par exemple, en évitant désormais toute référence coloniale».

Le maire défend le «droit à la caricature»

Le maire divers gauche de Dunkerque, Patrick Vergriete, a quant à lui défendu le «droit à la caricature» lors de «ce temps de mélange joyeux» qu'est le carnaval.

«Une femme devient homme et un homme porte robe et perruque, un ouvrier joue les banquiers, un athée se fait ecclésiastique», a-t-il écrit dans une tribune publiée par Le Monde. «C'est parce que l'on se moque de soi par son accoutrement que l'on peut brocarder l'autre».

«Notre carnaval est un grand mélange de couleurs, dans lequel, aucune distinction n'est faite, ni sur l'origine, ni sur le milieu social», a expliqué un des organisateurs de cette soirée que nous avons contacté. Pour ce dernier, «il n'y a aucune ressemblance avec cette pratique ancestrace (blackface, ndlr) visant à tourner en dérision un peuple opprimé par l'esclavage».

«La Nuit des Noirs, si elle est annulée, aura lieu quand même et en puissance dix», a-t-il affirmé.

Selon l'affiche de l'évenement, le bal devrait se dérouler le 10 mars, à partir de 22h. Nous avons contacté les responsables de la salle «Kursaal - Palais des Congrès de Dunkerque» où doit se tenir la soirée, mais ils ont refusé de s'exprimer sur le sujet.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles