Carrefour lance une blockchain pour le poulet

Les consommateurs auront accès à un fichier complet de traçabilité en flashant un code-barres via leur smartphone. [MYCHELE DANIAU / AFP]

Pour se démarquer de la concurrence et promouvoir sa nouvelle image de distributeur responsable, Carrefour a annoncé mardi avoir mis en place une «blockchain» sur la filière de son poulet entier, une première dans le domaine de l’alimentaire en Europe, rapporte Le Monde. 

La blockchain (ou chaîne de blocs), popularisée par le Bitcoin et plus globalement par les monnaies virtuelles, est un système de stockage et de transmission d’informations, sécurisé, infalsifiable et anonyme.

Comment ça marche ?

Les consommateurs auront accès à un fichier complet de traçabilité en scannant, à l’aide de leur smartphone, un code-barres en deux dimensions (QR code) apposé sur l’emballage du poulet estampillé «filière qualité Carrefour» et originaire d’Auvergne. Carrefour assure en vendre un million par an en France. 

La date de naissance du poulet, son élevage et le nom de son éleveur, sa date d’abattage, mais aussi ses traitements vétérinaires, et d’autres informations permettant de retracer la vie de la volaille présente dans l’assiette y seront mentionnés.

D’autres filières bientôt concernées

«Je souhaite que dès 2018, la blockchain soit généralisée à toutes les filières Carrefour. Elles seront les références de la sécurité et de la qualité alimentaire exemplaire en termes de traçabilité», avait promis le PDG de Carrefour, Alexandre Bompard, en janvier dernier.

Possible grâce à la collaboration des producteurs, cette technologie «blockchain» sera étendue à d'autres produits Carrefour d’ici à fin 2018 : des œufs d’élevage en plein air, des tomates françaises, du fromage Rocamadour, de l’orange d’Espagne, du steak haché charolais, mais aussi du saumon, du lait ou encore du miel, ces trois derniers étant plus complexes en termes de traçabilité.

Carrefour s'est inspiré d'une expérimentation de Volailles fermières d'Auvergne qui avait été lancée en 2015. Elle avait décidé de placer, sur sa production, un QR code qui proposait aux consommateurs une petite vidéo de 45 secondes où l'éleveur présentait son exploitation et sa manière de travailler.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles