Jean-Marie Le Pen se défend d'être homophobe, dans un magazine gay

Jean-Marie Le Pen sera face à la justice le 13 juin prochain pour trois affaires inhérentes à des propos qu’il a tenus sur la communauté homosexuelle.[AFP]

Dans un récent entretien récemment donné au magazine gay «Friendly», Jean-Marie Le Pen s’est défendu d’être homophobe.

Alors qu’il demeure sous le coup de différentes poursuites judiciaires en raison de plusieurs déclarations controversées sur la communauté homosexuelle, le président d’honneur du FN a tenu à préciser sa pensée et éclaircir quelques points. «(…) La plupart de mes collaborateurs sont homosexuels. Dans le fond, c'est leur problème personnel, c'est un élément de leur personnalité, c'est leur choix intime que je respecte», indique-t-il dans l’édition mars-avril de «Friendly», lu par 15.000 lecteurs.

Avec son ton bien à lui, mêlant provocation et vulgarité, Jean-Marie Le Pen précise : «À partir du moment où les homosexuels ne mettent pas leurs mains dans ma braguette ou dans celle de mes petits-enfants, et qu'ils ne se promènent pas avec une plume dans le cul sur les Champs-Élysées, ça m'est égal», dit-il. Ce qui ne l’empêche pas pour autant de s’opposer à la gay pride et au mariage pour tous. «S'il y avait une généralisation du phénomène, cela entraînerait la disparition de l'espèce. Tant que l'homosexualité reste une fantaisie marginale, ça ne me gêne pas du tout, ça fait partie de la diversité humaine», affirme-t-il.

Jean-Marie Le Pen sera face à la justice le 13 juin prochain pour trois affaires inhérentes à des propos qu’il a tenus sur la communauté homosexuelle. Ainsi, en décembre 2016, il avait estimé dans les colonnes du Figaro que «les homosexuels, c'est comme le sel dans la soupe : s'il n'y en a pas assez, c'est un peu fade, s'il y en a trop c'est imbuvable».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles