Stationnement à Paris : l'entreprise Streeteo trichait pour atteindre ses objectifs

Des faux contrôles avec de fausses exemptions pour gonfler les chiffres. Des faux contrôles avec de fausses exemptions pour gonfler les chiffres.[© Guillaume Bontemps/ Mairie de Paris]

Elle manquait à ses obligations. L'entreprise Streeteo, chargée depuis le 1er janvier du contrôle du stationnement payant dans près du tiers de la capitale, a été rappelée à l'ordre par la mairie de Paris, pour comportement délictueux.

Fin janvier, lors du premier bilan de la nouvelle verbalisation, l’attention des services municipaux a été attirée par les résultats de Streeteo, l’une des deux sociétés chargées de contrôler le stationnement payant. Ses chiffres présentaient en effet «des taux anormalement élevés de véhicules exemptés du paiement de stationnement».

Sans qu’aucun automobiliste ne soit verbalisé à tort, Streeteo avait grossi ses comptes-rendus pour atteindre plus facilement ses objectifs chiffrés de 50.000 contrôles quotidiens, fixés par la mairie.

En somme, depuis leurs bureaux, les agents de la société étaient enjoints à enregistrer des listes entières de plaques d’immatriculation, faisant croire qu’elles étaient relevées lors d’un contrôle en règle dans les rues de Paris. Puis, pour justifier la non-verbalisation, ils prétextaient de fausses exemptions, tel qu’un macaron handicapé.

Une fraude à laquelle la mairie a indiqué avoir déjà trouvé une parade. Désormais, elle ne tient compte que de la verbalisation effectuée «avec un matériel géolocalisé». De plus, elle «appliquera des pénalités financières à l’entreprise Streeteo pour toutes celles qui ne le seraient pas».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles