Bertrand Cantat «a le droit de vivre sa vie», estime Françoise Nyssen

Françoise Nyssen estime que Betrand Cantat a «payé».[LUDOVIC MARIN / AFP]

La ministre de la Culture s’est exprimée ce jeudi au sujet des polémiques relatives à l’ancien chanteur de Noir Désir, Bertrand Cantat.

En marge des Assises du journalismes, tenues à Tours, Françoise Nyssen a ainsi déclaré que Bertrand Cantat avait «le droit de vivre sa vie», estimant qu’il avait «payé».

Interrogée sur les différentes polémiques au sujet de la programmation de Bertrand Cantat dans de nombreux festivals estivaux, la ministre a rappelé que son ministère «n’a pas à intervenir sur les programmations».

Lundi dernier, l’ancien chanteur de Noir Désir avait annoncé renoncer à se produire dans ces festivals, espérant ainsi mettre un terme à la polémique. Une initiative qui n’a pourtant pas suffi à calmer la pression et les débats autour de sa tournée, actuellement en cours.

Illustration de ces tensions, mardi soir, Bertrand Cantat est allé rencontrer les manifestants qui protestaient contre la tenue de son concert à Grenoble à l’appel d’une association féministe. Une rencontre qui s’est mal déroulée, le chanteur envoyant notamment des baisers avec ses mains, déclenchant ainsi l’indignation de la foule. Il a alors été la cible d’insulte, de crachats et de jets de divers objets.

La sortie de Françoise Nyssen a rapidement fait réagir, au sein même de l’exécutif. L’entourage de Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, a ainsi déclaré à France 2 que «Marie Trintignant aussi avait le droit de vivre».

Bertrand Cantat avait été condamné en 2004 à une peine de huit ans de prison pour homicide involontaire sur sa compagne Marie Trintignant. Il avait obtenu sa libération conditionnelle en 2007.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles