Paris : un individu interpellé dans le cadre d'une agression de transexuelles

Ces images de violences à l'encontre de transexuelles avaient suscité l'indignation sur twitter[Capture d'écran - Snapchat]

Un individu a été interpellé et placé en garde à vue, jeudi, dans le cadre d'une enquête ouverte sur une agression filmée de transexuelles à Paris. 

C'est ce qu'a annoncé le maire du 17e arrondissement de Paris, Geoffroy Boulard, qui avait saisi la police à la suite de la publication d'une vidéo de violences transphobes plus tôt dans la semaine.  

Le 27 mars, l'association de lutte contre l'homophobie «Le Refuge» avait relayé la vidéo Snapchat d'une agression de transexuelles dans le 17e arrondissement de la capitale, dans la rue de la Jonquière.

Les auteurs des faits se sont cyniquement autoproclamés «brigade anti trav».

Ces images de violences avaient suscité l'indignation sur Twitter avant de pousser l'élu de l'arrondissement à saisir la police pour enquêter. Ce dernier avait affirmé «(condamner) fermement» ces agressions. 

D'après l'Amicale des Jeunes du Refuge, l'interpellation d'un suspect fait suite au dépôt de trois plaintes, jeudi, par des victimes de la «brigade anti trav». 

L'appartement de l'homme arrêté, vraisemblablement habitant du quartier, a également été perquisitionné, d'après France Bleu.

Le rôle des associations

Les associations ont joué un rôle actif dans cette affaire en relayant l'information sur les réseaux sociaux, en interpellant le maire de l'arrondissement mais aussi en participant directement à l'enquête.

«Le Refuge» avait en effet appelé les internautes à leur fournir des informations sur l'individu se trouvant derrière le compte Snapchat sur lequel avait été diffusée la vidéo en question. 

Le groupe de lutte contre l'homophobie et la transphobie avait ainsi publié le pseudonyme de ce dernier.

Enfin, la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) a signalé ces actes de violence transphobes au procureur de la République.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles