Abaissement de la vitesse à 80 km/h : que risque-t-on en cas d’infraction ?

L'abaissement de la vitesse maximale autorisée sur les routes secondaires de 90 km/h à 80km/h entre en vigueur le 1er juillet 2018. [NICOLAS TUCAT / AFP]

Le dimanche 1er juillet, l'abaissement de la vitesse maximale autorisée de 90 km/h à 80 km/h sur les routes secondaires entre en vigueur. Mais que risque-t-on, concrètement, en cas d'infraction ?

Dans les faits, pour les infractions de vitesse limitée à 80 km/h, et par l'application des marges d'erreur, un procès-verbal pour excès de vitesse sera dressé si le conducteur circule réellement au-delà de 85 km/h (si la vitesse est constatée par radar fixe) et au-delà de 90 km/h (si la vitesse est constatée par radar mobile).

Au moins un point retiré sur le permis

Pour autant, mieux vaut lever le pied. Car le contrevenant qui souhaiterait continuer à rouler à 90 km/h encourt, comme pour tout excès de vitesse inférieur à 20 km/h, un retrait de 1 point sur son permis de conduire.

Ensuite, concernant le montant de  l'amende, une distinction est à faire en fonction de la limitation de vitesse autorisée applicable au moment de l'infraction.

Lorsque la vitesse limitée est supérieure à 50 km/h - ce qui est donc le cas avec les 80km/h - l'amende est de 68 € (minorée à 45 € ou bien majorée à 180 €).

Pour rappel, si la vitesse limitée était inférieure ou égale à 50 km/h (en ville par exemple), l'amende sera dans ce cas de 135 € (minorée à 90 € ou bien majorée à 375 €).

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles