Quand a eu lieu le premier défilé du 14 juillet ?

L'histoire du défilé militaire 14 juillet trouve son origine dans la guerre franco-prussienne de 1870. [ALAIN JOCARD / AFP]

Comme tous les ans, chars et soldats vont parader sur les Champs-Élysées, ce samedi, à Paris, pour célébrer le 14 juillet, la fête nationale. Mais de quand date exactement le premier défilé ?

La journée du 14 juillet a été choisie comme fête nationale en juillet 1880 sous la Troisième République. Avant cela, la date a en effet été variable, au gré des régimes successifs.

Dès lors un décret y associe une manifestation militaire. Le premier défilé militaire du 14 juillet remonte donc à l'année 1880.

Officiellement, cette date commémore deux événements : la Prise de la Bastille, par les Parisiens, le 14 juillet 1789, et la Fête de la fédération du 14 juillet 1790, qui, elle, en célébrait le premier anniversaire.

Une démonstration de force

Mais le défilé militaire du 14 juillet 1880 avait surtout pour objectif de montrer que la France se redresse après la défaite de la guerre de 1870 contre les Prussiens.

Le message du gouvernement de l'époque est le suivant : la France a reconstitué son armée et elle est prête à reconquérir l’Alsace et la Lorraine, provinces qu'elle a dû céder à l’ennemi.

Jusqu'en 1914, année de la Première guerre mondiale qui verra la France affronter de nouveau le voisin germanique, il est par ailleurs à noter que le défilé est organisé non pas sur les Champs-Élysées, mais à l'hippodrome de Longchamp, dans le bois de Boulogne.

Lors du tout premier défilé, en 1880, les régiments qui y sont réunis reçoivent leurs nouveaux étendards des mains mêmes des président de la République, Jules Ferry, et de la Chambre, Léon Gambetta. L'unité de la nation y est ainsi célébrée, à travers l'armée, dans la puissance.

Le traumatisme de la Grande guerre

C'est toutefois le «défilé de la victoire», le 14 juillet 1919, qui placera définitivement l'armée française dans la commémoration nationale.

Malgré la victoire de la France et de ses alliés, le traumatisme laissé par la «Grande guerre» est immense pour la nation. Durant la Première guerre mondiale, la France a en effet perdu 1.400.000 soldats, soit un quart des 18-27 ans.

De là, le défilé du 14 juillet devient donc l’hommage de la nation à ceux qui sont morts pour elle. Oublié cette fois l'hippodrome de Longchamp, les maréchaux Joffre, Pétain et Foch défilent à cheval sur les Champs-Élysées pour «le défilé de la victoire».

En 1940, pendant la Seconde guerre mondiale, l’occupant allemand interdira bien sûr toute commémoration militaire, et cela jusqu'en 1944. Seuls des dépôts de gerbes seront autorisés, en province, devant les monuments aux morts.

Après Longchamp et les Champs-Élysées, les défilés du 14 juillet changeront ensuite d'itinéraires au gré des années : Bastille, République, ou encore Ecole militaire près de la Tour Eiffel.

C'est François Mitterrand qui décidera, enfin, de fixer une bonne fois pour toutes le défilé militaire sur les Champs-Élysées, en 1981. Ce qu'aucun président n'a changé depuis.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles