Lille : un officier de gendarmerie dans la tourmente

Une enquête a été lancée par l'Armée.[Denis CHARLET / AFP]

Les collègues d’un gendarme de Lille (Nord) l’accusent de harcèlement moral et d’être l’auteur d’injures à caractère raciste et homophobe, rapporte France 3 Hauts-de-France.

C’est Rosette Gellens, une assistante du Centre de service national (CSN), qui a pris la parole pour dénoncer le numéro deux du centre. Elle a signalé à sa hiérarchie le comportement de son collègue envers les jeunes de 17 à 25 ans accueillis par le CSN.

Rosette Gellens travaille au sein de l’armée depuis 37 ans. Mais il y a deux ans, l’arrivée du capitaine a changé sa vie. «Il s’en prend à tout le monde», témoigne-t-elle auprès de France 3. «Il a des propos homophobes, racistes sur les jeunes de la Journée défense et citoyenneté (JDC).» L’assistante précise qu’il les appelle «les Bougnoules» ou «les Norvégiens» lors des réunions et cela «devant tout le personnel». «Je ne supporte plus et je ne peux pas. C’est pas possible», s’indigne-t-elle.

Les collègues également ciblés par le militaire

Le militaire s'en serait également pris à ses collègues. Rosette Gellens se rappelle des humiliations en public, des plaisanteries de mauvais goût sur le physique du personnel féminin. Elle vit si mal le comportement du fonctionnaire, numéro deux du CSN, qu’elle a fait un malaise le 2 août dernier, à Lille-Flandres. Suite à cet événement, elle a été hospitalisée.

Les plaintes déposées auprès de la directrice du CSN de Lille, dont le militaire est l’adjoint, n’ont pas eu de suite. Mis au courant, le syndicat CFDT-NPA demande à sa hiérarchie la mise à l’écart de l’officier. En parallèle, aucune plainte n’a été déposée mais une journée d’action a été organisée le jeudi 6 septembre en marge d’une journée JDC.

L'Armée a lancé une enquête

Le secrétaire général Nord-CFDT, Léo La Cancellara, réclame des mesures au plus vite. «Qu’on retire ce capitaine dans un premier temps, immédiatement, car il représente un danger pour les jeunes et pour les agents !», a-t-il martelé selon des propos rapportés par France 3.

Nos confrères précisent que l’armée prend ces accusations très au sérieux et a lancé une enquête approfondie même si aucune sanction n’a encore été prise pour le moment.

La hiérarchie se dit tout de même préoccupée par la situation de Rosette Gellens et a assuré qu’elle cherche à ramener de la sérénité dans le centre de Lille.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles