Enquête du parquet de Paris après la diffusion du clip d'un rappeur appelant à «pendre les blancs»

Le clip d'un rappeur méconnu appelant à «pendre les Blancs» a provoqué mercredi un tollé au sein du gouvernement et conduit à l'ouverture d'une enquête du parquet de Paris alors que son auteur assure avoir voulu envoyer «un message d'amour».

Le clip de plus de 9 minutes tourné à Noisy-Le-Grand, en Seine-Saint-Denis, s'ouvre sur une scène où le rappeur Nick Conrad allume un cigare en toute décontraction. En arrière-plan, un Blanc pendu se balance au bout d'une corde, puis la chanson «PLB» démarre. Dans une des séquences suivantes, Nick Conrad enfonce un revolver dans la bouche d'un Blanc séquestré dans un coffre de voiture, avant de lui tirer dessus.

Dans son texte, Conrad appelle notamment à tuer «des bébés blancs». «Attrapez-les vite et pendez leurs parents, écartelez-les pour passer le temps, divertir les enfants noirs de tout âge petits et grands«, poursuit-il.

YouTube a annoncé avoir retiré la vidéo mais elle restait encore visible sur la plateforme en fin d'après-midi, a constaté l'AFP.

La violence des propos et des images a suscité de nombreuses condamnations au gouvernement et dans la classe politique.

«C'est totalement inadmissible des paroles comme cela. En plus lorsqu'on est rappeur on a des jeunes parmi ses auditeurs et donc, petit à petit, cela imprime les esprits et donc c'est comme cela qu'on aboutit ensuite aux pires perversions de notre société», a estimé le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, lors d'un déplacement à Tourcoing (Nord).

Sur Twitter, le ministre avait déjà dénoncé des «propos abjects» et des «attaques ignominieuses».

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles