Les parents d’une élue LREM condamnés pour enlèvement et séquestration

Mounia Haddad, qui n'était pas présente lors du prononcé du jugement, avait fui en mai 2018 la maison familiale de Saint-Pierre-des-Corps, près de Tours, pour se réfugier avec son compagnon dans les Alpes-Maritimes. [GUILLAUME SOUVANT / AFP]

Le père de Mounia Haddad, une conseillère départementale LREM d'Indre-et-Loire, ainsi que ses oncles et son frère, ont été condamnés jeudi 8 novembre par le tribunal correctionnel de Tours à des peines de prison allant de 18 mois à deux ans et demi de prison ferme pour l'avoir enlevée et séquestrée en juillet.

Leur avocat, Malik Behloul, a annoncé, à la sortie de l'audience, son intention de faire appel de ces «peines incompréhensibles».

Mounia Haddad, qui n'était pas présente lors du prononcé du jugement, avait fui en mai 2018 la maison familiale de Saint-Pierre-des-Corps, près de Tours, pour se réfugier avec son compagnon à Mandelieu, dans les Alpes-Maritimes.

Auparavant, ses parents avaient tenté de la marier au fils d'un notable algérien, en vain, et avaient désapprouvé sa relation avec son compagnon. Mounia Haddad avait alors demandé de l'aide à Jean-Gérard Paumier, président du conseil départemental, son colistier lors des dernières élections, qui avait tenté de raisonner la famille, sans y parvenir.

Les prévenus ont nié toute violence

Avec l'aide d'une sœur de Mounia Haddad, qui était employée de banque qui avait tracé ses retraits bancaires, le père et les deux oncles l'avaient retrouvée à Mandelieu et l'avaient emmenée en voiture à Saint-Pierre-des-Corps, relate Franceinfo. Alertés par son compagnon, les gendarmes l'avaient libérée le lendemain.

Alors que la jeune femme se cachait le visage et sanglotait quasi tout le long de l'audience, les prévenus ont nié toute violence et défendu ce qu'ils présentaient comme l'intérêt de la famille. L'élue LREM avait fait part de son souhait que ses parents ne soient pas envoyés en prison.

Le frère de Mounia Haddad, Zakaria, jugé pour des menaces de mort sur les réseaux sociaux, a été condamné à 10 mois de prison avec sursis. Son père, Karim Haddad, 54 ans, a été condamné à quatre ans de prison, dont 18 mois avec sursis, et un de ses oncles, Mohamed Haddad, 52 ans, a été condamné à trois ans de prison, dont 12 mois avec sursis. Le second oncle, Omar Haddad, 47 ans, a écopé de trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis. Il était le seul à avoir exprimé une certaine bienveillance vis-à-vis de la jeune femme. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles