Gilets jaunes, énergies renouvelables, fermeture de centrales... Ce qu'il faut retenir des annonces de Macron

Va-t-il convaincre ? Après dix jours de fronde des gilets jaunes, Emmanuel Macron sort enfin du silence, ce mardi, en dévoilant ce mardi plusieurs mesures d'accompagnement destinées à rendre la transition écologique «acceptable» pour les plus modestes.

C'est directement depuis l'Elysée, à l'occasion de la présentation de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), que le chef de l'Etat, discret depuis le début du mouvement, s'adressera à la population. Voici ce qu'il faut retenir de son discours.

création d'un Haut conseil pour le climat

Avant de prononcer son allocution, Emmanuel Macron a réuni mardi matin à l'Élysée une partie du gouvernement pour installer le Haut conseil pour le climat. Composé de 13 experts, dont Laurence Tubiana, ex-négociatrice pour la France lors de la COP21, Pascal Canfin, directeur général de WWF France, ainsi que des climatologues ou des économistes, il sera notamment chargé de vérifier si les politiques environnementales et leur retombées fiscales sont supportables par les classes populaires.

«Je ne change pas d'avis, de vérité, de cap»

Le président a confirmé qu'il gardera le cap qu'il s'était fixé. «Je dois assumer mes convictions et mes actions. On ne peut pas être le lundi pour le climat et le mardi contre la hausse des prix des carburants». «Je ne change pas d’avis, de vérité, de cap. Est-ce à dire qu’il ne faut rien changer ? Que dire à ceux qui ont du mal à finir leurs fins de mois ? On les a collectivement conduits dans la situation dont nombre de concitoyens sont victimes aujourd’hui (…) après 40 ans de petites décisions d’ajustements, nous avons tous nos responsabilités mais il y a aussi une alarme environnementale», selon le chef de l'Etat.

FERMETURE DES CENTRALES À CHARBON D'ICI À 2022

Emmanuel Macron a répété que l'ensemble des centrales à charbon de France seront fermées d'ici à quatre ans. «Il faut réduire nos consommations d'énergie et le faire de manière concertée en prévoyant les investissements publics et en apportant des solutions adaptées et concertées», a indiqué le président. «Il faut aussi pour réussir cesser de produire ces énergies carbonées sur nos territoires. L'ensemble des centrales à charbon seront fermées d'ici 2022.»

 

Le cap des 50 % de nucléaire repoussé à 2035

«Je n'ai pas été élu sur un programme de sortie du nucléaire, mais sur une réduction du nucléaire dans le mix énergétique. J'aurais aimé le faire dès 2025. Nous maintenons le cap des 50 %, mais repoussons l'échéance à 2050. 14 réacteurs de 900 mégawatt seront arrêtés en 2035», a expliqué le président, promettant l'arrêt définitif de Fessenheim à l'été 2020.

Avant de s'adresser directement aux producteurs : «Je fixe d'emblée à EDF une règle : aucune fermeture complète des sites. Réduire la part du nucléaire ce n'est pas renoncer au nucléaire. Il reste une piste prometteuse pour une énergie fiable, decarbonnée, et à bas coût».

«Développer les énergies renouvelables»

«L’électricité produite en France demain sera la fille de l’air, du soleil et de l’eau», a promis le chef de l'Etat, précisant que l’enveloppe annuelle dédiée au renouvelable va passer de 5 à 8 milliards d’euros.

UNE MAIN TENDUE AUX GILETS JAUNES

Le président souhaite que les associations et politiques puissent, dans les trois mois, «mettre au point une méthode de construction pour apporter des solutions concrètes. Je souhaite un débat national inscrit dans les territoires. Je souhaite une stratégie d'accompagnement, partout sur nos territoires et sur les réseaux sociaux pour faire des propositions, [mais aussi] que des représentants des gilets jaunes puissent aussi proposer des solutions».

«Ce que je retiens» de la manifestation des gilets jaunes, «c'est qu'il ne faut pas renoncer au cap, juste et nécessaire, mais changer de méthode de travail», a encore déclaré Emmanuel Macron. «J'entends la grogne, qui s'est focalisée sur le prix des carburants [...] Les réponses que nous leur apportons sont trop abstraites. Il ne savent comment utiliser le chèque énergie, et en réalité moi non plus ! [...] Je veux qu’on leur apporte de vraie solutions accessibles, pour que les gens puissent changer de voitures ou de chaudière.»

Fin du monde ou fin du mois, «nous allons traiter les deux», a-t-il promis.

... MAIS DE LA FERMETÉ : «JE NE ME DÉROBERAI PAS»

A l'égard des «ressentiments» qu'expriment les «gilets jaunes», «je ne me déroberai pas», a martelé Emmanuel Macron, assurant que «la stratégie du gouvernement depuis un an et demi est la bonne».

Avant de mettre en garde les instigateurs de violences : «Je n'aurai aucune faiblesse à l'égard de ceux qui cherchent la violence. À l'égard de ceux-là, le message est clair : l'ordre public est l'ordre public.»

«Mais il y a dans ce qui s'exprime quelque chose qui vient de plus loin, de plusieurs décennies. L'idée que je me fais de ma mission m'empêche de me cacher derrière la responsabilité des autres. Je crois comprendre très profondément les attentes et les frustrations, ces rancunes que ressentent les concitoyens.»

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles