Interpellations de jeunes à Mantes-la-Jolie : le Défenseur des droits ouvre une enquête

Le Défenseur des droits a annoncé vendredi ouvrir une enquête au lendemain de l'interpellation controversée de 151 jeunes près d'un lycée de Mantes-la-Jolie (Yvelines).

Cette enquête portera «sur les conditions dans lesquelles se sont déroulées des interpellations de lycéens à Mantes-la-Jolie», indique dans un communiqué cette autorité indépendante qui rappelle être chargée de «veiller au respect de la déontologie» des forces de l'ordre et de défendre «l'intérêt supérieur de l'enfant».

Les politiques s'indignent

Les images de l'arrestation des 146 adolescents d'un lycée de Mantes-la-Jolie ont suscité la colère de plusieurs personnalités politiques. Issues d'une vidéo tournée jeudi 6 décembre, elles montrent les lycéens agenouillés et menottés.

«Quand j'ai vu ces images hier soir, j'ai été, comme beaucoup de Français, d'abord choqué. Les images sont choquantes, on peut être indigné quand on voit ces images», a réagi vendredi sur franceinfo, Laurent Saint-Martin, vice-président LREM de la commission des Finances de l'Assemblée nationale. Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer s'est déclaré «choqué» tout en prenant en considération le «contexte».

Avant lui, des membres de la gauche étaient aussi montées au créneau pour dénoncer des faits choquants selon eux. «Que penser d’un pouvoir qui traite ainsi sa jeunesse ? Qu’il ne tient que par la force des matraques. Qu’il n a plus d'avenir. Qu’il est à l’agonie», affirme le député LFI François Ruffin.

«Glaçant, inadmissible. Cela n’est pas la République. La jeunesse Française humiliée. Mais que cherche le pouvoir sinon la colère en retour ?», a écrit Benoît Hamon. «Il faut dire les choses posément mais fermement : ce qui s’est passé avec les lycéens de Mantes-la-jolie - ces scènes dont il existe de nombreuses photos et vidéos - est simplement intolérable», a pour sa part réagi l'ancienne ministre et députée écologiste, Cécile Duflot. 

«La France, pays des droits de l'homme. Comment certains policiers y traitent les mineurs. Où vivons-nous donc? Sous quel régime? Sénatrice, mais prof aussi, je ne souhaite à aucune classe, jamais, d’être «sage» comme l’est celle-là», a réagi la sénatrice Esther Benbassa.

Ces interpellations font suite à de violents incidents survenus près du lycée Saint-Exupéry, au cours duquel deux voitures ont été brûlées et des heurts avec la police ont éclaté. Par ailleurs, plusieurs lycéens étaient encagoulés ou portaient des bâtons, des battes de base-ball ou des conteneurs de gaz lacrymogène.

Dans le sillage du mouvement des «gilets jaunes», 280 lycées et collèges en France ont été perturbés jeudi, dont 45 bloqués, par des élèves. Plusieurs incidents ont été recensés et les forces de l'ordre ont procédé à plus de 700 interpellations au total.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles