Nouvel an 2019 : Emmanuel Macron a présenté ses voeux aux Français

Le président Emmanuel Macron a présenté ses voeux aux Français, ce lundi 31 janvier à 20h dans une allocution qui a été enregistrée. 

«L'année 2018 ne nous a pas épargnés en moments intenses de toute nature» a-t-il déclaré.  «Nombre de transformations qu'on croyait impossibles comme celles du chemin de fer ou du travail ont été menées à bien». 

Emmanuel Macron a ajouté que les résultats «ne peuvent être immédiats et l'impatience, que je partage, ne saurait justifier aucun renoncement». 

Il a ensuite évoqué «la colère» des «gilets jaunes», qui venait de loin», qui a «éclaté». «Cette colère a dit une chose : nous ne sommes pas résignés, notre pays veut bâtir un avenir meilleur. Telle est la leçon de 2018», a-t-il affirmé. 

Le chef de l'Etat a parlé ensuite de la situation internationale et des défis du 21e siècle. «Nous avons une place, un rôle à jouer». «Cette année 2019 est à mes yeux décisive et je veux former trois voeux. D'abord un voeu de vérité : on ne bâtit rien sur des mensonges.» 

«je vous écrirai dans quelques jours» 

Le président annonce qu'il écrira «dans quelques jours» aux Français, en évoquant le grand débat promis en réponse à la colère des «gilets jaunes». 

«Mon deuxième voeu est un voeu de dignité. Je suis convaincu que chaque citoyen est nécessaire pour le projet de la nation», a-t-il poursuivi. 

Emmanuel Macron a affirmé avoir «entendu l'inacceptable» ces dernière semaines.  Il s'est élevé contre «les portes-voix d'une foule haineuse», affirmant dans une allusion aux débordements des «gilets jaunes» que «l'ordre républicain sera assuré sans complaisance». «Que certains prennent pour prétexte de parler au nom du peuple (...) et n'étant en fait que le porte-voix d'une foule haineuse, s'en prennent aux élus, aux forces de l'ordre, aux journalistes, aux juifs, aux étrangers, aux homosexuels, c'est tout simplement la négation de la France». 

Pour conclure, il a formulé un «troisième et dernier voeu : un voeu d'espoir. Espoir en nous mêmes comme peuple, en notre avenir commun, en notre rêve européen». 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles