Soupçons de viols en réunion : les six pompiers de Paris placés sous le statut de témoin assisté

Les faits se sont produits dans la caserne du XIVe arrondissement de la capitale.[©Philippe LOPEZ / AFP]

Après l'arrestation de sept pompiers de la caserne Plaisance (14e arrondissement de Paris) ce week-end dans le cadre d'une enquête pour viol en réunion et non empêchement de crime, aucun des six soldats du feu présentés ce lundi à un juge d'instructions n'a été mis en examen. Tous ont été placés sous le statut de témoin assisté.

Les arrestations faisaient suite à une plainte déposée par une étudiante norvégienne. Selon les informations du Parisien, la jeune femme, accompagnée de deux amies également norvégiennes, avaient croisé le groupe de sapeurs-pompiers vendredi soir alors qu'ils faisaient la tournée des bars. 

Aux alentours de 4h du matin, l'un des pompiers avait invité les étudiantes dans leur caserne, où la plaignante aurait eu une relation sexuelle consentie avec un militaire dans une chambre «décrite comme très sombre et sans lumière». Elle affirmait avoir été par la suite violée par six ou sept autres personnes. 

La jeune femme avait été retrouvée par l'une de ses amies au petit matin, prostrée dans les toilettes et en «état de choc». 

LES POMPIERS DEVRAIENT ÊTRE SUSPENDUS

Contacté par Le Parisien, le lieutenant-colonel Gabriel Plus, porte-parole des pompiers de Paris, avait indiqué qu’à l’issue de leur garde à vue, les pompiers devraient être suspendus, «pour faciliter l’enquête de commandement, déjà diligentée».

Il avait par ailleurs souligné que «ces agissements ne sauraient être tolérés. Ils sont contraires aux valeurs défendues par les sapeurs pompiers de Paris, qui se doivent d’être exemplaires, ce qui est le cas évidemment et heureusement pour l’immense majorité d’entre eux. Si les soupçons de viol sont avérés nous feront preuve de la plus grande fermeté».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles