Paris : les 5 projets les plus fous pour transformer le périphérique

Le projet des «Mille arbres» pourrait voir le jour en 2022. Le projet des «Mille arbres» pourrait voir le jour en 2022. [© Compagnie de Phalsbourg]

Construit à partir de 1956 et inauguré en 1973, le boulevard périphérique parisien a été imaginé pour permettre la traversée circulaire de la capitale. Et en 45 ans, plusieurs projets plus ou moins loufoques ont été imaginés pour le transformer. En voici quelques-uns.

Des projets ambitieux, parfois surréalistes, qui visent tous à transformer le vieux périph' en une version plus moderne, plus verte ou moins bruyante. Des projets qui visent à transformer son utilité première, celle d'être entièrement dédiée à la circulation routière.

Une transformation profonde pour cet axe qui cumule les débits journaliers les plus importants de la région Ile-de-France, même si ces derniers sont en baisse depuis les années 1990. Trois tronçons supportent en effet jusqu'à 250.000 véhicules par jour, voire plus.

Un périphérique détruit

Détruire le périphérique, c'est le souhait exprimé ce jeudi 23 mai par Gaspard Gantzer, candidat à Paris aux municipales de 2020, qui émet le voeu d'en faire «non pas une muraille, mais un trait d'union entre Paris et la banlieue».

L'objectif de l'ancien énarque est, entre autres, de «réduire de 75 % les émissions polluantes» tout comme la «la pollution sonore» et d'«offrir 100 à 150 hectares d'espaces verts, paysagers» notamment pour créer des «fermes bio».

capture_decran_2019-05-23_a_16.55.01.png

Un périphérique couvert

Qu'il s'agisse de le recouvrir entièrement, ou seulement par endroit, le projet de couverture du périphérique devrait bientôt devenir réalité, notamment grâce à l'appel à projets «Réinventer Paris» qui a récompensé deux initiatives en ce sens.

L'une s'appelle le projet des «Mille arbres» et vise à recouvrir le périphérique au niveau de la porte Maillot (16e), afin d'y réaliser un «un parc accessible à tous». L'autre, le projet de la «ville multi-strate» – se situe juste à côté, au niveau de la porte des Ternes (17e), et prévoit la construction d'une structure de petits d'îlots, qui accueilleront bureaux et logements sociaux.

capture_decran_2019-05-23_a_18.18.33.png

un périphérique piétonnisé

C'est une idée du groupe écologiste parisien, qui a présenté en 2016 au conseil de Paris un voeu en faveur du déclassement du périphérique. Adopté à cette occasion, il rouvre le débat de la piétonnisation complète ou partielle du périphérique parisien.

Un projet qui prévoit de faire cohabiter – sur une voie de chaque – les voitures, les vélos (et les désormais nombreuses trottinettes) ainsi que les piétons. Celui-ci pourrait prendre forme d'ici à 2030.

un périphérique privatisé

Ou plutôt privatisable le temps d'un événement. Il y a plus de 15 ans déjà, l'association Périféérique avait émis le souhait d'organiser une grande course à pied de 35 km, qui ferait le tour du périphérique. A l'époque, soutenus par la municipalité parisienne, les membres de l'association portaient en effet l'ambition de «créer un lien transpériphérique entre Paris et les 21 communes limitrophes».

Un vieux rêve qui n'a finalement jamais vu le jour, mais qui pourrait bientôt devenir réalité puisque des animations de la Nuit Blanche 2019, organisée le 5 octobre prochain, doivent prendre place sur le périphérique.

Pour ce faire, le boulevard sera fermé dans les deux sens de circulation entre la porte de Pantin et celle de la Villette, sur 1,7 km. «L'occasion pour les artistes de la Nuit Blanche de s'approprier cette erreur du passé», a ainsi fait savoir Christophe Girard, l'adjoint au maire en charge de la Culture

un périphérique ralenti

C'est le souhait émis par Laurence Goldgrab, la présidente du groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendant (RGCI) au conseil de Paris, qui a rédigé par les élus et qui sera remis ce mardi mardi 28 mai à la maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo, un rapport d'une Mission d'information et évaluation (MIE) à ce sujet.

A ses côtés, des élus parisiens réunis dans le cadre de cette MIE ont en effet recommandé, entre autres, de réduire de 70 km/h à 50 km/h la vitesse sur le périphérique parisien et d'en limiter le nombre de voies, et ce, avant 2020.

Elle envisage également de pouvoir privatiser cet espace, afin d'y organiser par exemple des fêtes populaires ou des événements sportifs.

Vous aimerez aussi

Jacques Gautier, le président du Syctom et Brune Poirson, la secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, inaugureront le nouveau centre de tri ce jeudi 6 juin.
Urbanisme Paris : un nouveau centre de tri ouvre ses portes aux Batignolles
La concertation sera ouverte du 5 juin au 13 juillet 2019.
Urbanisme Paris : qui veut décider de l'avenir du quartier de la tour Eiffel ?
Les travaux de requalification de la gare de Lyon et de ses abords devront être terminés d'ici à 2025.
Urbanisme Paris : vers la transformation de la gare de Lyon ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles