«Taisez-vous ou je vous bute tous» : un professeur à l'université dérape et menace ses étudiants pendant un examen

(Illustration) Une salle de classe vue depuis un hublot à l'université de Mont-Saint-Aignan, près de Rouen, le 11 octobre 2017 [CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives]

Une altercation inattendue a rompu le silence de la salle d'examen. Mercredi, lors d'un partiel de rattrapage, un professeur de droit de l'université de la Canebière, à Marseille, aurait agrippé un étudiant par le col avant de menacer ses camarades de les «buter».

Selon La Provence qui rapporte l'information, l'homme, persuadé qu'un étudiant venait de traiter un surveillant de l'examen de «bouffon», s'en serait pris à lui violemment

Mais d'après une lettre ouverte rédigée par une trentaine d'élèves présents au moment de l'altercation et transmise à la direction de la faculté, aucun des camarades de l'étudiant visé ne l'a entendu prononcé l'insulte que l'éminent professeur affirme avoir perçue. Que l'insulte ait été prononcée ou non, la situation a complètement dégénéré par la suite dans l'amphithéâtre marseillais.

«Taisez-vous ou je vous bute tous»

«Fermez bien votre gueule, ou je vais finir par vraiment m'énerver. Vous vous prenez pour qui ? Si vous ne la fermez pas, vous dégagez d'ici», aurait hurlé le professeur à l'étudiant. Avant de s'en prendre verbalement à ses camarades : «Taisez-vous ou je vous bute tous, le premier qui moufte, je le prends à coups de poing dans la tronche et j'en suis capable, je vais vous faire bouffer vos extraits de naissance».

Mais la violence ne se serait pas limitée qu'aux paroles ce jour-là, dans la salle d'examen. Si bien qu'un policier, candidat en formation continue qui passait lui aussi l'examen, a dû s'interposer.

Des hématomes au cou et à la nuque

Le jeune homme, visiblement très ému, a affirmé à La Provence, avoir été agressé par son professeur et souffrir d'hématomes au niveau du cou et de la nuque. Quant à l'agresseur présumé, il a admis avoir agrippé l'élève par le col, niant en revanche l'avoir étranglé. 

Le professeur agrégé de droit civil a été convoqué par le doyen de la faculté. Il a concédé s'être emporté «au-delà du raisonnable». L'étudiant, qui explique craindre qu'une procédure ait un impact négatif sur la suite de son cursus universitaire, n'a pas souhaité déposer de plainte.  

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles