L’Université de Lorraine ouvre une enquête après des messages racistes échangés sur les réseaux sociaux

Ces messages envoyés sur Messenger, la messagerie privée de Facebook, contenaient des photos d’étudiants ou de professeurs noirs avec des commentaires racistes et moqueurs.[Oli SCARFF / AFP]

Une enquête administrative interne a été ouverte par l’Université de Lorraine suite à des messages racistes échangés sur les réseaux sociaux. Des étudiantes en sociologie de Metz se moquaient des élèves noirs de leur promotion.

Ces messages envoyés sur Messenger, la messagerie privée de Facebook, contenaient des photos d’étudiants ou de professeurs noirs avec des commentaires racistes et moqueurs, rapporte France Bleu. Des captures d’écran de ces discussions ont été prises et ont ensuite circulé sur les réseaux sociaux provoquant une vague d’indignation.

«L’Université Lorraine se mobilise au quotidien contre toutes formes de discriminations», a notamment réagi sur Twitter l’établissement, mis au courant vendredi de ces agissements. Il a également affirmé que l’enquête interne sera «instruite avec la plus grande fermeté».

D’après les témoignages recueillis par France Bleu Lorraine, trois étudiantes âgées de 19 ans seraient à l’origine des messages incriminés. Elles n’auraient pas pris conscience de la gravité de leurs propos.

Le syndicat UNEF a également fait part de son indignation sur son compte Twitter. «Il est inadmissible aujourd’hui d’accepter que puissent être tenus des propos racistes envers les étudiant.e.s racisé.e.s de nos campus universitaires.»  

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles