Tariq Ramadan : une de ses maîtresses voulait le piéger pendant un acte sexuel

Tariq Ramadan, ici en 2011, est mis en examen pour deux viols.[SIA KAMBOU / AFP]

Des échanges entre plusieurs maîtresses de Tariq Ramadan, retrouvés sur la clé USB d’une des femmes qui a porté plainte contre lui, ont révélé qu’elles avaient évoqué l’idée de lui donner «une leçon», en le piégeant avec une autre fille.

Le but était de punir l’islamologue de son attitude envers ses amantes. Deux d’entre elles avaient ainsi parlé en 2009 de leurs relations avec l’homme, décrivant des insultes, des fausses promesses de mariage ou des pratiques sadomasochistes, détaille RTL.

un atout pour la défense ?

L’une explique alors qu’elle va lui donner «une leçon», en lui faisant rencontrer via Facebook une fille qu’elle connait et qui aura «le cran de ne pas tomber amoureuse de lui». Son but était que l’islamologue tombe sous son charme et lui propose un rendez-vous. Ensuite «il suffit d’aller voir le paparazzi et il s’infiltre dans la chambre d’hôtel pendant qu’il est à poil en pleine action et je balance tout, il va tout perdre», anticipe-t-elle.

Ces nouvelles révélations dans cette affaire à rebondissements permettent à l’avocat de Tariq Ramadan de pointer une possible entente entre ses maîtresses qui ont porté plainte. Chose qu’elles ont toujours démenti. Déjà mis en examen pour deux viols et placé sous contrôle judiciaire, une nouvelle plainte l’a visé ce week-end, pour viol en réunion et menaces.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles