Les dix conseils pour éviter les arnaques au dépannage à domicile

La région parisienne est particulièrement touchée par le phénomène.[© JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

5.000 euros pour changer une serrure, 3.000 euros pour déboucher un canalisation... Une grande campagne de prévention contre les escroqueries au dépannage à domicile est lancée en région parisienne.

Face à l'ampleur de ce phénomène, dont les auteurs profitent souvent de l'urgence des situations et de la vulnérabilité des victimes, les autorités diffusent ainsi 10 conseils pratiques :

ignorer les prospectus

Faire attention aux prospectus d’aspect «officiel» déposés dans les entrées d’immeubles ou chez certains commerçants. Mieux vaut ne pas utiliser ces numéros de téléphone.

ne pas se précipiter

Mieux vaut anticiper et élaborer soi-même sa liste de numéros d’urgence.

s'informer

Privilégier le recours à des professionnels recommandés par ses proches, par les fédérations professionnelles ou préalablement identifiés.

faire attention à l'assurance

Ne pas accepter des réparations au motif qu’elles seront prises en charge par son assureur.

aller à l'essentiel

N'accepter que les travaux d’urgence, les prestations supplémentaires pourront être effectuées plus tard.

demander les détails

Avant toute intervention, demander à consulter les tarifs et exiger un devis détaillé et écrit.

Ne pas hésiter à dire «Non»

Si le devis est trop élevé ou s’il n’est pas clair, ne pas donner suite et contacter un autre prestataire.

Garder des preuves

Conserver les pièces remplacées ou annoncées comme défectueuses.

disperser les clés

Déposer un double de ses clés chez une personne de confiance.

Envisager d'autres solutions

Porte claquée à minuit ? Une nuit d’hôtel peut être la solution la moins onéreuse.

Pour transmettre cet appel à la vigilance au plus grand nombre, la préfecture d'Ile-de-France va organiser ce jeudi 26 septembre une distribution de flyers dans «plusieurs dizaines de gares et stations de métro». Un millier d'affiches et 60.000 écriteaux sont également prévus à destination des syndics, des bailleurs sociaux ou encore des associations de consommateurs.

Déjà plus de 2.000 plaintes cette année

Il faut dire que la capitale et sa région sont très touchées par ces arnaques, dont le butin est estimé à plusieurs centaines de milliers d'euros. Plus de 3.000 plaintes ont été recensées en 2018 en Ile-de-France (en hausse de 7 % par rapport à l'année précédente), ce qui représente environ la moitié du total national. Et depuis le 1er janvier 2019, ce sont déjà 2.000 plaintes qui ont été déposées.

L'an dernier, les autorités franciliennes ont réalisé 340 contrôles sur des entreprises, dont 55 % ont permis de constater des manquements ou des infractions à la loi. Il peut s'agire de tromperie sur les travaux réalisés, de mensonge, de surfacturation, d'usurpation d'identité voire même d'intimidation ou d'agression.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles