Os, vis, plastiques... Des «corps étrangers» dans des purées livrées à des crèches de région parisienne

Les premiers faits déclarés remontent à l'année dernière. [© FRANCOIS NASCIMBENI / AFP]

Le groupe de restauration collective Elior a admis ce vendredi 25 octobre avoir connu une série de dysfonctionnements dans l'une de ses cuisines centrales, à Thiais (Val-de-Marne), où des «corps étrangers» ont été retrouvés dans des repas livrés à des crèches de la région parisienne.

«A plusieurs reprises en 2018 et 2019, des corps étrangers ont été découverts dans les purées destinées aux enfants des crèches d'Ile-de-France clientes d'Elior, purées élaborées dans la cuisine centrale de Thiais», reconnaît le groupe dans un communiqué, confirmant des informations publiées par Franceinfo dans une enquête très fouillée.    

Un premier signalement aurait été fait le 17 octobre 2018, par une crèche Babilou de Bagnolet (93), dont le personnel aurait découvert une vis dans la purée. D'autres cas comparables auraient ensuite été signalés à la direction commerciale d'Elior.   

Une confirmation interne

Un «ancien cadre dirigeant» du groupe de restauration, s'exprimant de manière anonyme, fait ainsi état de «films plastiques, de boulons, de pièces métalliques, d'os, de morceaux de céramique, de morceaux de joints, trouvés dans les purées destinées aux enfants». Et le 16 janvier un «os d'un centimètre, dur et pointu», est retrouvé «dans une assiette de purée» par «le personnel d'une autre crèche Babilou, à Suresnes (92)».    

Contacté, Babilou a confirmé la présence de «corps étrangers» dans des purées servies dans ces deux établissements, deux «incidents inacceptables» immédiatement remontés auprès d'Elior, lequel a mis en place une «plateforme de signalement», selon une porte-parole.    

Elior, qui ne conteste pas les faits rapportés, affirme avoir mis en œuvre un «plan d'actions» et souligne dans un communiqué que «la santé des enfants a été totalement préservée, puisqu'aucun de ces éléments extérieurs n'a été ingéré grâce à la réactivité du personnel d'Elior et de Babilou».    

Le groupe affirme vouloir «renforcer encore (son) niveau de vigilance afin de tendre vers le zéro incident». Un détecteur de métaux devrait ainsi être spécialement installé à l'occasion du déménagement de la chaîne de production à Fresnes (94), prévu début 2020, dans un nouveau site ultra-moderne.

Elior, numéro un de la restauration collective en France devant Sodexo et Compass, dispose d'une quarantaine de cuisines centrales. Le groupe sert 1,4 million de repas par jour dans l'Hexagone, dans près de 9.500 restaurants et points de vente, comme des entreprises, des écoles, des Ehpads, des hôpitaux ou encore des cliniques.  

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles