Paris se dépeuple : en cinq ans, la ville a perdu 53 095 habitants

La capitale enregistre le plus fort déficit migratoire, tous départements français confondus.[JACQUES DEMARTHON / AFP]

Il ne suffit pas d'être la Ville lumière pour retenir ses habitants. Selon une étude de l'Insee publiée le 1er janvier, Paris a perdu près de 11 000 habitants chaque année entre 2012 et 2017. La capitale enregistre le plus fort déficit migratoire, tous départements français confondus.

En 2012, Paris comptait 2 240 621 habitants, contre 2 187 526 en 2017. En cinq ans, la ville lumière a donc perdu 53 095 habitants. Elle fait figure d'exception puisque, selon les chiffres de l'Insee, la plupart des grandes villes françaises ont plutôt vu leurs populations augmenter sur la même période.

Les quartiers du centre parisien sont ceux qui se dépeuplent le plus. Entre 2012 et 2017, les populations des IIe et IIIe arrondissements ont respectivement chuté de 6,7 et 5,2%. Le XIe est lui aussi fortement touché avec une démographie réduite de 5,4% en cinq ans.

Seuls les IVe, IXe, et XIXe arrondissements enregistrent une légère hausse du nombre d'habitants sur la même période. Mais, globalement, l'ensemble de la ville est concerné par la décroissance démographique.

La natalité en baisse et le surnombre des décès par rapport aux naissances expliquent en partie le phénomène. Mais, selon l'Insee, le principal facteur reste le solde migratoire négatif.

La question centrale du logement

Depuis quelques années, l'institut constate que les Français quittent la capitale pour s'installer en banlieue ou plus loin. D'ailleurs, tous les autres départements de la région Ile-de-France ont, à l'inverse, vu leur population augmenter. La Seine-Saint-Denis en particulier affiche une croissance de 5,1% entre 2012 et 2017.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles