Saint-Valentin : privée de cadeau, elle étrangle son mari avec une cravate

Au Japon, chaque 14 février, ce sont les hommes qui reçoivent des cadeaux, les femmes doivent attendre le 14 mars.

Elle lui avait offert des chocolats à la Saint-Valentin, il a oublié de lui rendre la pareille un mois plus tard, comme le veut la tradition au Japon. Mal lui en a pris, il a manqué mourir étranglé avec une cravate.

 

Mie Nishiyama, 43 ans, arrêtée lundi à Sakai (ouest) pour tentative de meurtre après un appel de détresse de son mari de 31 ans, a expliqué aux enquêteurs qu'elle le soupçonnait d'avoir une liaison.

Et comble de l'indélicatesse, "il ne m'a pas donné de cadeau en retour de la Saint-Valentin. J'étais furieuse et je l'ai étranglé", a-t-elle dit tout en niant avoir voulu le tuer, selon des propos rapportés par la police.

 

Des douceurs en chocolat

La Saint-Valentin est apparue dans l'archipel à la fin des années 1950, alors que le pays se relevait à marche forcée de sa défaite désastreuse de la Deuxième guerre mondiale, mais les Japonais l'ont adaptée à leur manière.

Chaque 14 février, ce sont les hommes - époux, petits amis mais aussi simples camarades, collègues ou encore patrons - qui reçoivent des douceurs au chocolat.

Le marché n'étant jamais à court d'idées, les Japonais ont par la suite inventé le "Jour Blanc", le 14 mars, durant lequel les hommes doivent offrir un cadeau - à l'origine obligatoirement blanc - à leur dulcinée.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles