Les meilleurs glaciers de Paris

Iceroll, situé dans le quatrième arrondissement, ne sert pas de simples boules, mais offre de délicieuses crèmes glacées roulées avec soin.[© Iceroll]

Quelques notes de fraîcheur sont les bienvenues quand le mercure commence à grimper. Voici les adresses incontournables pour déguster une glace à Paris. 

Il est temps de savourer sa première glace de la saison, et le faire sur un banc ou en remontant un trottoir, c’est un peu s’offrir un avant-goût de vacances. Les glaciers parisiens font preuve d’imagination pour concocter des recettes étonnantes.

Le plus raffiné : Une glace à Paris

mk1a4945_copier.jpg

© Aragorn

Le pari que s’était lancé Emmanuel Ryon, glacier Meilleur ouvrier de France, et Olivier Ménard, pâtissier notamment passé par la maison Pierre Hermé, s’est révélé gagnant : leur boutique au nom très factuel, Une glace à Paris, s’est imposée comme l’une des plus estimées de la capitale. Pour cet été, les deux complices ont associé des goûts et des textures inédits. Côté crèmes glacées, ils ont imaginé des accords singuliers comme la pistache et la fleur d'oranger, ou encore le café d'Éthiopie et la cardamone noire, une épice orientale.

Quant à la collection de sorbets, elle se décline avec des légumes de saisons surprenants tels que la betterave, la carotte, ou encore l'asperge (3,90€ la boule). A l'approche des beaux jours, les cocktails sont également incontournables. A l'apéritif ou pour terminer un repas avec élégance, la nouvelle gamme de cocktails givrés se révèle plein d'originalité. Les clients pourront opter pour Coco thaï, à base d'un sorbet rhum brun, de noix de coco, de coriandre fraîche, citronnelle, combawa, un agrume proche du citron vert, et piment ou encore le Sud, un sorbet Pastis.

Une glace à Paris, 15, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie (4e).

La plus pratique : la glacerie

Établissement haute couture de la crème glacée et du sorbet, La Glacerie propose une nouvelle expérience de dégustation où l’élégance des saveurs côtoie la créativité. Dirigée par David Wesmaël, champion du monde de pâtisserie par équipe et MOF, la maison a ouvert ses premières boutiques à Paris et à Lille. Parmi les créations qui seront proposées au public, on retrouve le produit phare de l’été, le Tube.

Imaginé tel un lipstick givré qu’il suffit de pousser, cette glace moulée est directement tranchable au sortir du congélateur. Loin des codes traditionnels de la glace en bac, la plupart du temps difficile à manipuler, ce tube ingénieux est également gorgé de saveurs et de savoir-faire. Réalisées sans colorant, ni arômes et turbinées artisanalement, ces créations glacées  se caractérisent par une saveur franche ainsi qu’une texture légère et onctueuse. Côté saveurs, la maison propose une gamme de sorbets d’exception, tous réalisés avec des fruits cueillis et travaillés à maturité pour en préserver le goût (14 euros le tube de 560 ml).

la-glacerie.jpg

©La Glacerie

La Glacerie, 13, rue du Temple (3e).

Le plus novateur : Pierre Hermé

pe11_glaces_gene_hd.jpg

[© B. Winkelmann]

Le maître incontesté du macaron – qui vient d’ailleurs d’être sacré meilleur pâtissier du monde par le classement World’s 50 Best Restaurants – est aussi un virtuose de la glace. Il y a d’abord celles en pot (à partir de 7,20 euros) aux noms évocateurs : Mogador (chocolat au lait, sorbet au fruit de la passion, ananas rôti caramélisé), Jardin enchanté (citron vert, sorbet framboise au piment d’Espelette) ou encore Ispahan (sorbet au letchi et à la rose, sorbet à la framboise). Mais au rayon froid, Pierre Hermé propose également ses Miss Gla’Gla (6,90 euros). Ces glaces rectangulaires de forme allongée son ­recouvertes, à l’instar d’un sandwich, de deux couches de gâteau macaron qui facilite leur dégustation. La gamme reprend les classiques de la maison. On y retrouve la touche du chef, grand spécialiste des contrastes gourmands. La vanille est asso­ciée au basilic, à la menthe fraîche, aux fruits rouges… Comble du chic, pour emporter à domicile ces délices, deux sacs isothermes élégants (Infiniment Vanille et Ella) sont disponibles.

Pierre Hermé, plusieurs boutiques à Paris, dont 4, rue Cambon (1er) et 72, rue Bonaparte (6e).

Le plus tendance : Glazed

glazed6-caspar-miskin.jpg

[© Miskin Photography]

Leur «ice truck» sillonne la capitale et les festivals. Mais Glazed a aussi pignon sur rue dans le 9e. Ils sont réputés pour leurs créations qui détonnent, faites avec «une bonne dose de rock, de pop ou d’électro». Cet été, les inévitables portent des noms inimitables : Total Kéops (glace faisselle, herbes du Maquis), ou encore le Cougar Hill (glace Mûre sauvage, Côtes-du-Roussillon). Elles se dégustent en pot ou en cornet (4,50 euros les deux boules). Glazed propose des sorbets insolites : Borealis (sorbet chocolat au lait et granola), Dirty berry (sorbet framboise, lime, sumac), ou encore Tunnel of love (sorbet fraise mara des bois, baie de sansho).

Glazed, 54, rue des Martyrs (9e).

Le plus déstructuré : Iceroll

lv-4103.jpg

[© Iceroll]

Déjà repéré l’été dernier au Nüba ou au Perchoir, terrasses enfiévrées et dansantes, IceRoll, glacier qui ringardise la boule traditionnelle, s’établit pour les beaux jours dans le Marais. La boutique se fait une spécialité de produire des crèmes glacées en plaques, avant de les servir enroulées façon parchemin. Aux spécialités – chocolat, caramel, poire, banane, fruits exotiques et fruits rouges – s’additionnent, selon la saison, des parfums temporaires : abricot, citrons jaune et vert, cranberry, fraise, mangue, noix de coco, pomme verte ou thé vert. Produites sans sucre ajouté, à base de lait et de crème ou de lait de coco pour les gourmands vegans, elles se customisent de fruits à coque ou de fruits frais. Vendues 3,50 euros en petit pot ou 5 euros pour un grand format, elles se consomment sur place, sur une mezzanine tout en bois clair, ou s’emportent pour aller se délasser sur la place des Vosges adjacente.

IceRoll, 7, rue de Turenne (4e).

Le plus gourmand : La fabrique Givrée

20170307_rvb-150dpi.jpg

©Ginko. L'univers des desserts glacés rencontre celui de la pâtisserie avec les «Kifs du chef », créations originales et alléchantes.

Jérémie Runel était chef pâtissier pour les plus grands (Fauchon, Le Bristol, Valrhona), avant de se reconvertir en glacier. Et ça se voit. Accompagné de ses deux compères Hughes et Martin, ils ont monté la fabrique Givrée, une franchise de glaces artisanales, créatives et savoureuses, à commander en ligne ou à déguster en boutique. Les pots de glace (12 euros le pot de 600 mL) fleurent bon le terroir ardéchois, la nature et le sans gluten, avec des sorbets pomme safran, citron verveine ou encore basilic bio. Les plus gourmands préféreront les crèmes à base de lait des Monts d’Ardèche à la datte et fleur d’oranger ou yaourt fermier et confiture de framboise.  Les «Kifs du chef » à partager (16 euros), créations à mi-chemin entre le dessert glacé et la pâtisserie de haute volée, raviront les papilles pour les grandes occasions avec des recettes comme le Habibi (croustillant praliné, glace pistache d’Iran, noix de cajou caramélisées) ou Hipster (streusel muesli, glace vanille de Tahiti, fèves de tonka, graines de courges grillées et cranberries).

La fabrique Givrée, 26 rue Soufflot, (5e).

La plus authentique : Louise

Une pause gourmande estivale. Le Jardin des Plantes se met à l’heure d’été et accueille deux nouveaux kiosques à glaces de la franchise Louise. Préparées de manière artisanale, les glaces Louise sont élaborées avec du lait frais des Pyrénées et des fruits venus de la France entière. Côté parfums, le MOF Philippe Urracn propose une farandole de saveurs. On peut opter pour une boule caramel à la fleur de sel, natelloso chocolat-noisettes, brisures d'oreo, pistache, vanille pécan, stracciatella, praliné prestige, ou encore banane crumble caramel. A déguster dans de long et généreux cornets croustillants tout en marchant dans les allées ombragées du Jardin des plantes.

Louise, Jardin des Plantes (5e).

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles