Les 5 meilleurs restaurants latino-américains à Paris

Isana (9e) propose un voyage riche en saveurs d'Amérique latine[Camille Froment]

Du Venezuela à l’Argentine, en passant par le Brésil, l’Amérique latine est riche de sa diversité sur ses quelque 20 millions de kilomètres carrés.

Une variété que l'on retrouve dans sa cuisine. Ceviche, burritos, tacos… De la street food au menu dégustation en ­plusieurs services, la gastronomie latino-américaine sait s’adapter à tous les ­palais, tout en respectant ses ­raci­nes populaires. Cet exotisme culinaire con­naît un franc succès à Paris et promet des bons moments d’évasion.

Isana

cc_fromentbis.jpg

[© C.Froment]

Derrière cette façade bleu roi, qui ne passe pas inaperçue et rappelle toute la chaleur de l’Amérique latine,une ­invitation à ­découvrir des plats ­emblématiques, ­adaptés aux papilles ­européennes. Chez Isana, on embarque pour le Pérou avec le ceviche de poisson du jour, mariné dans du «leche de tigre» et accompagné de quinoa, patates douces et ­légumes grillés (13,80 euros). Une spécialité réalisée à la minute.

On poursuit le voyage en direction de l’Argentine, avec des empanadas de bœuf servis par paire (10,50 euros), ou du Mexique, en optant pour les carnitas (9,80 euros) préparées à base de ­morceaux de cochon cuits ­pendant sept heures. Tendre et fondant à souhait. On boucle ce road trip culinaire par une escale en Colombie, avec le fromage blanc ­tropical (3,90 euros) à la fleur d’hibiscus et au coulis de mûre des Andes.

Que les végétariens se rassurent, Isana a aussi pensé à eux, avec le veggie corner. Un plat à déguster sur place, au comptoir, ou à emporter, qui allie riz parfumé à la ­coriandre, haricots noirs, légumes rôtis, le tout agrémenté d’une sauce à base de ­tamarin, de pois chiche et de sésame.

Isana, 7, rue Bourdaloue (9e).

Isla Calaca

ca_delamadeleinebis.jpg

[© A. Delamadeleine]

Anne-Victoire Magescas et son frère ­Xavier-Manuel ont souhaité faire de leur restaurant une taqueria cinq étoiles au look léché. Ici, point de sombreros ni de maracas colorés, les clients dînent dans un décor fait de marbreet de bois. Si l’on retrouve les incontournables tacos, la carte mise aussi sur le mariageentre spécialités mexicaineset produits du terroir français.

Un foie gras présenté sur un lit de guacamole et servi avec des fruits de saison et des ­tortillas de maïs (13 euros),un ragoût de joue de bœufà la sauce «chile morita» (18 euros) ou du canard nappé de sauce «mole» légèrement piquante. En dessert, on se laisse tenter par le crumble épicé à la glace vanille et au coulant de chocolat (9 euros).

Isla Calaca, 1, rue Ambroise-Thomas (9e).

Bocamexa

cbocamexabis.jpg

[© Bocamexa]

Encore un food truck à succès, qui a pignon sur rue. Julien et Alejandra viennent d’ouvrir leur troisième adresse dans la rue du Faubourg-Saint-Denis, très prisée des hipsters. Burritos, quesadillas, tacos (entre 7,50 et 12 euros)… Tout est cuisiné sur place sous les yeux du client par une équipe hispanophone. Cette table se distingue toutefois de ses grandes sœurs : elle est la seule à avoir le trompo de Pastor à sa carte.

Préparé à partir d’un porc de montagne, qui provient toujours du même ­éleveur, il est rehaussé d’ananas lors de la cuisson sur broche pour une saveur ­légèrement acidulée. Bocamexa propose également des produits d’épicerie fine. Les plus curieux descendront au sous-sol. L’espace baptisé «El clandestino» est un repaire cosy pour les finsde soirées, où trône un piano.Bocamexa,

84, rue du Faubourg-Saint-Denis (10e).

Biondi

cfred_jagueneaubis.jpg

[© Fred_Jagueneau]

Un tour de la cuisine de l’Amérique du Sud peut difficilement faire l’impasse sur l’Argentine et sa viande réputée pour sa tendreté. Fort de son expérience à la Pulperia (11e), le chef Fernando de Tomaso a ouvert une autre table, Biondi, à deux pas de la place de la République. On y mange dans un décor de bois, de pierre mais aussi de crocs de boucher.

Avec son grill argentin alimenté au charbon de bois, la maison travaille la viande comme personne. Pour le printemps, l’asado ou travers de bœuf (24 euros) fait son entrée. Il se déguste avec un verre de malbec naturel de la famille Cecchin, à Mendoza. Autres incontournables de la carte : le churrasco à la sauce chimichurri (30 euros), le poulpe braisé avec chou rouge fermenté et olives (17 euros). Les plats se dégustent aussi en demi-portion.

Biondi, 118, rue Amelot (11e).

La maison de l’Amérique latine

clipzycbis.jpg

[© Lipzic]

Adresse confidentielle repensée par le designer franco-argentin Pablo Reinoso, le Restaurant de la Maison de l’Amérique latine offre une cuisine raffinée et inventive. A la tête de la brigade, le chef Thierry Vaissière qui, avec talent et créativité, sublime les saveurs de cette région du monde.

On se délecte de son ceviche de daurade accompagné d’un guacamole onctueux, puis d’un morceau d’agneau parfumé au cacao grand cru et servi avec une purée de pomme Agatha. En dessert, l’ananas rôti aux épices douces et sa boule de sorbet pinacolada fera son effet et apportera une touche de fraîcheur en fin de dîner. Une carte qui évolue au fil des saisons et surprend par son originalité. Et avec l’arrivée des beaux jours, les clients pourront profiter de ce festin exotique, confortablement assis en terrasse. 

Restaurant de la Maison de l’Amérique latine, 217, boulevard Saint-Germain (7e).

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles