Les 3 expositions à voir cet été à Paris

L'exposition Peinture des lointains au musée du Quai Branly questionne le regard de l'autre. [©MQB]

L'été au frais dans les musées. A Paris, la période estivale est aussi l’occasion d'en prendre plein les yeux en profitant des expositions. Matisse, Gauguin, Degas, ou encore les héros de la série culte Game of Thrones, il y en a pour tous les goûts.

Game of Thrones : The Touring Exhibition

Le Royaume des Sept Couronnes pose ses valises dans la capitale. Alors que l’ultime saison 8 de la série américaine Game of Thrones au succès planétaire est prévue pour 2019, le Parc des Expositions de la Porte de Versailles propose aux fans de revivre les grands moments de la saga jusqu’au 2 septembre.

Directement inspirée de la série mythique de HBO, l’exposition officielle Game of Thrones : The Touring Exhibition, permet à tous les inconditionnels d’admirer de près les accessoires, comme les couronnes et les armes qui ont servi pour le tournage, les costumes portés par les protagonistes, mais aussi les décors authentiques de la série. Au total près de 2000 m2 de surface ont été aménagés pour recréer l’univers mythique de George R.R. Martin.

game_of_trones_expo_bcn_9_by_alba_ruperez.jpg

©DR

Game of Thrones : The Touring Exhibition, jusqu’au 2 septembre, Parc des Exposition, Porte de Versailles, Pavillon 2.1, (15e).

Peinture des lointains

C’est un voyage au cœur des civilisations. Avec Peintures des lointains, le musée du Quai Branly Jacques Chirac a rassemblé près de 220 œuvres inédites de la fin du XVIIIème siècle au milieu du XXème siècle. Exposée pour la première fois, cette collection de peintures illustre le regard que la France portait sur ses colonies, entre fascination, intrigue et domination.

Entre les ports de Charles Fouqueray, les scènes de vie égyptiennes d’Émile Bernard et les dessins de Tahiti signés Gauguin et Matisse, les œuvres incarnent à chaque fois un dépaysement. Les couleurs sont exaltantes, la lumière nouvelle et les végétations inhabituelles. Entre onirisme et naturalisme, ses toiles reflètent l’histoire.

proddg05556.jpg

©MQB

Peinture des lointains, jusqu’au 6 février 2019, Musée du Quai Branly Jacques Chirac (7e).

Peindre les courses

Le domaine de Chantilly présente Peindre les cour­ses, la première exposition consacrée à la naissance de la peinture des courses hippiques, en France et en Angleterre. Au total, près de 80 œuvres – peintures, dessins, sculptures, photographies et films – illustreront ce thème, emblématique de la modernité de la fin du XVIIIe siècle à la fin du XIXe siècle. Trois artistes majeurs articulent l’exposition.

Les visiteurs découvriront dès leur arrivée les scènes au galop et les portraits de chevaux de George Stubbs, qui a donné au Sporting Art ses premiers grands chefs-d’œuvre. Mais aussi le peintre français Théodore Géricault et son majestueux Derby de 1821 à Epsom. Passionné par l’univers équestre, Edgar Degas en a lui aussi fait le sujet de nombreux tableaux, dont sa toile Le défilé. Enfin, le parcours s’achève par une pièce blanche où l’image s’anime enfin. C’est le début du cinéma.

i_gericault_theodore_-_course_de_chevaux_dit_le_derby_de_1821_a_epsom.jpg

©RMN-Grand Palais (musée  du  Louvre)/Philippe  Fuzeau

Peindre les courses, jusqu’au 16 octobre, Le Jeu de paume, domaine de Chantilly (Oise).

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles