Poison : la nouvelle exposition du Palais de la découverte

Les petites grenouilles colorées des forets humides d’Amérique du sud exsude un poison violent. [©DR]

Alors que la fête de la science se tiendra du 6 au 14 octobre dans toute la France, le Palais de la découverte accueillera à partir du 10 octobre, Poison, une exposition sur l’utilisation de l’arme biochimique la plus remarquable de la nature : le venin.

Au sein d’une ambiance scénographique tamisée, les visiteurs pourront observer une trentaine d’espèces vivantes venimeuses ou vénéneuses - reptiles, amphibiens, arthropodes - à travers 22 terrariums fidèles à leurs milieux naturels.

_ondreicka_-_stock_adobe.jpg

©DR

Ils croiseront par exemple, des dendrobates, ces minuscules grenouilles colorées des forets humides d’Amérique du sud, dont la peau exsude un poison violent, une mygale à genoux rouges, mais aussi un ensemble redoutable de serpents, comme le mamba noir.

_pauline_rosenberg_flickr.jpg

©DR

Cette ménagerie inquiétante, à visiter en toute sérénité et sécurité, donnera également l’occasion au public de comprendre la préciosité de cette substance. Car si elle tue, immobilise, provoque de la douleur et de la peur, elle peut aussi sauver des vies.

_jeanmi974_-_stock_adobe.jpg

©DR

Le venin d’un scorpion cubain a par exemple été utilisé expérimentalement pour détruire des cellules cancéreuses. D’autres sécrétions pourraient avoir des propriétés relaxantes ou, au contraire, de stimulation cardiaque.

_frupus_-_flickr.jpg

©DR

Utilisées pour neutraliser des proies, les toxines agissent également sur la coagulation sanguine, la pression artérielle, ou encore la transmission de l’infux nerveux. C’est donc en particulier dans ces domaines que ces molécules sont envisagées aujourd’hui comme des alliées potentielles de la médecine du futur.

Poison, à partir du 10 octobre, Palais de la découverte (8e).

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles