"Des chiffres et des lettres", 40 ans, pas mieux

"Le compte est bon"! Le 4 janvier 1972, Patrice Laffont présentait un nouveau jeu télévisé, "Des chiffres et des lettres". Décor vert sur fond noir, fauteuils en cuir, candidats autour d'une table grise. Quarante ans après, l'émission est toujours là.[AFP/Archives]

"Le compte est bon"! Le 4 janvier 1972, Patrice Laffont présentait un nouveau jeu télévisé, "Des chiffres et des lettres". Décor vert sur fond noir, fauteuils en cuir, candidats autour d'une table grise. Quarante ans après, l'émission est toujours là.

"Ca a été mes vrais débuts à la télévision. Pour moi, ça a été ma notoriété", se souvient le présentateur, qui a animé l'émission pendant 17 ans, avant d'en devenir le producteur en 2000. "C'est un meuble d'époque", un "indémodable", ajoute-t-il.

Le concept, connu de tous, est archi simple: une épreuve de calcul mental, et une de vocabulaire. C'est sur ce principe qu'est née l'émission sous sa forme actuelle, qui a succédé au "Mot le plus long" créé en 1965 par Armand Jammot.

Ses animateurs historiques sont restés dans la mémoire télévisuelle: Patrice Laffont mais aussi Max Favalelli, homme cultivé en charge des lettres. Fabien Buhler pour "le compte est bon" sera remplacé dès 1975 par , toujours là aujourd'hui.

Il y a aussi la célèbre musique de son générique, "Western Patrol", apparue dès 1972. Une formule amenée à durer de nombreuses années.

Plus ancienne émission quotidienne toujours diffusée à la télévision française, l'une des plus anciennes d'Europe, 25.000 candidats, 10.000e diffusée en octobre prochain...: un palmarès impressionnant, que France 3 fêtera avec une émission spéciale le 19 mars en première partie de soirée.

D'abord programmé juste avant le journal de 20H, puis déplacé en milieu d'après-midi dans les années 90, sur France 2 puis sur France 3, "Des chiffres et des lettres" a aujourd'hui revisité son générique et refondé son décor: panneaux de bois clair, écrans, beaucoup de lumières, violettes, bleutées, jaunes, rouges ou orangées...

"idée géniale"

Depuis dix ans, c'est Laurent Romejko, par ailleurs Monsieur Météo de France 2, qui présente le jeu. A ses côtés, Arielle Boulin-Prat, depuis 1986, et Bertrand Renard. L'informatique est aussi arrivée en 1994. C'est désormais un ordinateur qui se charge du tirage.

Mais les traditionnelles formules, elles, sont toujours là: "le compte est bon", "pas mieux", et le rituel du tirage "voyelle", "consonne"...

Le rayonnement de cette émission mythique dépasse aussi largement le petit écran: "Des chiffres et des lettres" a ses clubs --entre 250 et 300 en France et à l'étranger--, ses tournois, ses blogs ou ses champions, comme Stéphane Crosnier, 41 ans.

"On est comme un sportif de haut niveau", résume ce rédacteur en chef de la chaîne Infosport+, qui a gagné la "Coupe des champions" des "Chiffres et des lettres" en 1997 et le "Championnat" en 2010.

Les accros au jeu se retrouvent sur le plateau de l'émission. "Ce qui me plaît, c'est le fait de jouer, le mélange de calcul mental et de lettres", souligne Guillaume Girin, 36 ans, candidat pour la troisième fois.

Hors de l'hexagone, "Des chiffres et des lettres" a aussi connu une carrière fructueuse. Le concept s'est vendu dans une dizaine de pays: Grande-Bretagne, Espagne, Belgique, Australie, Mexique, Israël, Egypte, Etats-Unis...

La recette du succès? "Je crois que l'idée d'Armand Jammot était géniale: les chiffres et les lettres, ce sont les choses les plus basiques du monde", estime Patrice Laffont.

"Je savais que ça allait durer longtemps. Mais comment pouvait-on penser que l'émission atteindrait les 40 ans ?"

Vous aimerez aussi

Belgique Le pédophile Marc Dutroux va envoyer une lettre «d'apaisement» aux victimes et à leurs parents
Les monteurs de lignes qui travaillent sur les installations électriques peuvent être des filles.
Nouvelle-Zélande Une fillette de 7 ans fait changer un panneau de signalisation sexiste
Écologie Glyphosate : à 7 ans, il écrit à Emmanuel Macron pour lui demander «d’annuler les pesticides»

Ailleurs sur le web

Derniers articles