12 personnes abattues dans une maison close à Bagdad

Un policier irakien, à Bagdad, en 2012 [Ahmad al-Rubaye / AFP/Archives] Un policier irakien, à Bagdad, en 2012 [Ahmad al-Rubaye / AFP/Archives]

Des hommes armés ont abattu mercredi douze personnes, sept femmes et cinq hommes, dans une maison close de l'est de Bagdad, a-t-on appris auprès de sources médicales et sécuritaires.

Un responsable du ministère de l'Intérieur a indiqué à l'AFP sous couvert d'anonymat que les assaillants ont fait irruption dans l'établissement et tué douze personnes en tout début d'après-midi.

L'attaque s'est produite dans le quartier de Zayouna, où des magasins vendant de l'alcool avaient été pris pour cible la semaine dernière dans des attaques ayant fait 12 morts.

La prostitution ainsi que l'alcool sont proscrits par l'islam.

Zayouna est un quartier aisé de la capitale irakienne où cohabitent chiites et sunnites. Ces dernières années de nombreuses maisons closes y ont ouvert en raison du calme relatif qui y règne.

Des magasins vendant de l'alcool, dans le quartier de Zayouna, fermés au lendemain d'une attaque d'hommes armés, le 15 mai 2013 [Khalil al-Murshidi / AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Des magasins vendant de l'alcool, dans le quartier de Zayouna, fermés au lendemain d'une attaque d'hommes armés, le 15 mai 2013
 

Ce nouvel acte de violence s'inscrit dans la flambée que connaît l'Irak depuis le début de l'année et qui fait craindre un retour au conflit religieux de 2006-2007.

Près de 400 personnes ont péri dans des attaques depuis le 1er mai, selon un bilan établi par l'AFP sur la base de données transmises par des sources sécuritaires et médicales.

Vous aimerez aussi

Des civils ayant fui les combats contre le groupe Etat islamique (EI) dans son ultime réduit de Syrie, et derrière eux un combattant des Forces démocratiques syriennes (SDF), près du village de Baghouz, le 3 février 2019 [Delil souleiman / AFP/Archives]
Terrorisme Daesh contrôle désormais en Syrie moins de 1% de son «califat»
(Image d'illustration) Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo le 1er février 2019 à Washington [Eric BARADAT                 / AFP]
Diplomatie Washington appelle ses alliés à rapatrier leurs jihadistes détenus en Syrie
Politique Faut-il rapatrier les jihadistes d'Irak et de Syrie ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles