Vibrant hommage aux insurgés de Varsovie

Une femme lors d'un hommage aux insurgés de Varsovie, 70 ans après le soulèvement contre les nazis, le 1er août 2014 dans la capitale polonaise  [Wojtek Radwanski / AFP] Une femme lors d'un hommage aux insurgés de Varsovie, 70 ans après le soulèvement contre les nazis, le 1er août 2014 dans la capitale polonaise [Wojtek Radwanski / AFP]

Les autorités polonaises et des habitants de Varsovie ont rendu vendredi un vibrant hommage à tous ceux qui ont participé au soulèvement de la capitale polonaise contre l'Allemagne nazie, dont on célébrait le 70e anniversaire du début.

"Nous rendons hommage aux insurgés, sachant que l'Insurrection de Varsovie fut l’ancêtre, malheureusement sanglant, de notre transformation pacifique ouverte il y a 25 ans" avec la chute du communisme, a déclaré la maire de Varsovie Hanna Gronkiewicz-Waltz, en déposant une gerbe au monument du soldat inconnu.

L'insurrection de Varsovie, souvent confondue avec celle du Ghetto juif en 1943, a éclaté le 1er août 1944.

Quelque 50.000 insurgés, essentiellement de jeunes scouts, soldats de la Résistance dépendant du gouvernement polonais en exil à Londres, ont alors pris les armes contre les occupants nazis. En 63 jours de combats, près de 200.000 civils ont été tués et la ville a été réduite à un amas de décombres. Adolf Hitler a ensuite donné l'ordre de raser la quasi-totalité de ce qu'il en restait.

Des vétérans (d) lors d'un hommage aux insurgés de Varsovie, 70 ans après le soulèvement contre les nazis, le 1er août 2014 dans la capitale polonaise  [Wojtek Radwanski / AFP]
Photo
ci-dessus
Des vétérans (d) lors d'un hommage aux insurgés de Varsovie, 70 ans après le soulèvement contre les nazis, le 1er août 2014 dans la capitale polonaise

Militairement dirigée contre les Allemands, l'insurrection visait également à se protéger politiquement contre l'URSS de Staline : les insurgés espéraient accueillir en maîtres des lieux à Varsovie l'Armée rouge. Mais celle-ci a préféré attendre que les nazis écrasent l'insurrection, éliminant les élites antisoviétiques polonaises.

"L'insurrection a éclaté car il n'y avait pas d'autre option pour se venger de l'humiliation, des camps, de toute cette tragédie qui s'est déroulée en Pologne", a déclaré à l'AFP Bogdan Horoszowski, un ancien insurgé.

Dès vendredi matin, les Varsoviens déposaient des gerbes devant les monuments et les plaques commémoratives en différents endroits de la capitale, où des scouts formaient des gardes d'honneur.

Il y a 70 ans, "les gens de notre âge allaient vers la mort pour que nous puissions être libres dans notre pays", a déclaré à l'AFP Jakub Wojnowski, un scout de 16 ans, montant la garde devant un monument à la mémoire des insurgés fusillés par les nazis après une tentative d'évacuation à travers les égouts de Varsovie.

 
 

Depuis quelques jours, de nombreuses manifestations artistiques, expositions, concerts, spectacles, projections de films, ont eu lieu à Varsovie.

A 17H00, heure du début de l'Insurrection, les sirènes ont retenti dans toute la ville, les véhicules et les passants se sont immobilisés dans les rues pendant 70 secondes.

Les principales stations de télévision et de radio polonaises, ainsi que des sites internet ont également arrêté le travail pendant plus d'une minute.

Vous aimerez aussi

Le président du conseil européen Donald Tusk lors d'un  dépôt de gerbe au monument du maréchal Jozef Pilsudski, père de l'indépendance polonaise, à Varsovie, le 11 novembre 2018 [Janek SKARZYNSKI / AFP]
Pologne Tusk demande aux Polonais de dépasser leurs différends
Diplomatie La Pologne mettra son veto à d'éventuelles sanctions de l'UE contre la Hongrie
L'un des pianos anciens mis à disposition d'une trentaine de pianistes pour le concours Chopin sur pianos d'époque, le 4 septembre 2018 à Varsovie [JANEK SKARZYNSKI / AFP/Archives]
musique Concours Chopin : des univers sonores oubliés explorés

Ailleurs sur le web

Derniers articles