Irak : Maliki s'en prend à Washington

IL'ex-Premier ministre Nouri al-Maliki montre son doigt taché d'encre après avoir voté aux élections parlementaires à Bagdad, le 30 avril 2014 [Ali al-Saadi / AFP/Archives] IL'ex-Premier ministre Nouri al-Maliki montre son doigt taché d'encre après avoir voté aux élections parlementaires à Bagdad, le 30 avril 2014 [Ali al-Saadi / AFP/Archives]

Le Premier ministre sortant irakien Nouri al-Maliki, qui briguait un 3e mandat, a jugé que la nomination lundi de son successeur constituait une violation de la Constitution, menée avec le soutien des Etats-Unis.

 

"Nous rejetons cette violation de la Constitution", a affirmé M. Maliki en faisant référence à la nomination de Haïdar al-Abadi, un membre de son parti, comme nouveau chef du gouvernement.

Washington "s'est tenu aux côtés de ceux qui ont violé la Constitution", a-t-il ajouté dans un enregistrement diffusé à la télévision.

Les Etats-Unis ont félicité M. Abadi et le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait dit "espérer que M. Maliki ne causera pas de problèmes".

M. Abadi a été choisi par l'Alliance nationale, le bloc parlementaire chiite, comme son candidat au poste de Premier ministre. Membre du parti Dawa de M. Maliki, Haïdar al-Abadi, né en 1952 et titulaire d'un doctorat de l'université de Manchester au Royaume Uni, est considéré comme un proche du chef du gouvernement sortant.

 

Vous aimerez aussi

Des membres de la minorité yazidie en Irak cherchent des preuves pouvant leur permettre de retrouver des proches disparus ou tués par le groupe Etat islamique (EI), dans un charnier près du village de Sinuni, dans la région de Sinjar (nord-ouest), le 3 février 2015 [Safin HAMED / AFP/Archives]
Conflit Daesh a laissé derrière lui plus de 200 charniers en Irak, selon l'ONU
Culture Irak : religion et poésie en harmonie
Prix Nobel Prix Nobel de la Paix : quand Nadia Murad racontait son calvaire d'esclave sexuelle de Daesh

Ailleurs sur le web

Derniers articles