Yémen: manifestation massive à Sanaa à l'appel de la rébellion chiite

Des dizaines de milliers de personnes manifestent à Sanaa pour réclamer la chute du gouvernement yéménite, à l'appel du chef de la rébellion chiite Abdel Malek al-Houthi le 18 août 2014 [Mohammed Huwais / AFP] Des dizaines de milliers de personnes manifestent à Sanaa pour réclamer la chute du gouvernement yéménite, à l'appel du chef de la rébellion chiite Abdel Malek al-Houthi le 18 août 2014 [Mohammed Huwais / AFP]

Des dizaines de milliers de personnes manifestaient lundi à Sanaa pour réclamer la chute du gouvernement yéménite, à l'appel du chef de la rébellion chiite Abdel Malek al-Houthi, a rapporté un journaliste de l'AFP.

Les protestataires, rassemblés sur la place du Changement, ont défilé dans le centre de la capitale où ont afflué dans la matinée des convois de partisans des rebelles d'Ansarullah, arrivés en provenance d'autres provinces du pays.

De strictes mesures de sécurité ont été mises en place autour de Sanaa, où la présence des forces de sécurité a été renforcée sur les principaux axes. Mais aucun incident n'a été signalé en milieu de journée.

Les manifestants chantaient des slogans hostiles au gouvernement, qui gère une difficile transition politique depuis la départ en février 2012 de l'ancien président Ali Abdallah Saleh, et pour dénoncer une augmentation, fin juillet, des prix du carburant.

Dans un discours dimanche soir, Abdel Malek al-Houthi a appelé ses partisans à marcher sur Sanaa et manifester pour obtenir "la chute du gouvernement qui a échoué".

Il a fixé aux autorités un ultimatum expirant vendredi pour satisfaire les revendications des protestataires. Sinon, d'autres formes d'actions "légitimes" seront menées, a-t-il averti sans préciser lesquelles.

"Des tentes seront dressées, des sit-ins observés et des marches organisées" cette semaine à Sanaa, a-t-il ajouté, en menaçant de riposter à toute provocation. "Nous ne resterons pas les bras croisés devant tout crime", a-t-il dit.

Début août, des partisans d'Ansarullah avaient déjà manifesté à Sanaa contre le quasi-doublement des prix du carburant et pour réclamer l'éviction du gouvernement.

Ansarullah, qui contrôle la région de Saada, dans le nord du Yémen, est soupçonné de vouloir élargir sa zone d'influence dans le futur Etat fédéral, qui doit compter six provinces. Les rebelles étaient arrivés en juillet aux portes de Sanaa en prenant la ville d'Amrane, dont ils ont ensuite accepté de se retirer.

Vous aimerez aussi

Rana Ghanem, membre de la délégation du gouvernement, le 8 décembre 2018 à Rimbo, en Suède [Henrik MONTGOMERY / TT NEWS AGENCY/AFP]
Conflit Yémen : dialogue difficile entre belligérants, des millions de personnes «affamées»
Le logo de l'Organisation des Nations unies (ONU) au siège de l'organisation à New York, le 25 septembre 2018 [Ludovic MARIN / AFP/Archives]
Conflit Yémen : pourparlers de paix en Suède sur fond d'urgence humanitaire
L'émissaire de l'ONU au Yémen, Martin Griffiths (C), à son arrivée à Sanaa, lors d'un précédent déplacement le 21 novembre 2018 [MOHAMMED HUWAIS / AFP/Archives]
Conflit Yémen : la voie se dégage pour des pourparlers de paix en Suède

Ailleurs sur le web

Derniers articles