Irak: 70 morts dans l'attaque contre une mosquée sunnite

Des miliciens chiites, qui ont rejoint les forces du gouvernement pour combattre les jihadistes de l'Etat islamique, participent à un entraînement à Bassora, dans le sud de l'Irak, le 7 août 2014 [Haidar Mohammed Ali / AFP/Archives] Des miliciens chiites, qui ont rejoint les forces du gouvernement pour combattre les jihadistes de l'Etat islamique, participent à un entraînement à Bassora, dans le sud de l'Irak, le 7 août 2014 [Haidar Mohammed Ali / AFP/Archives]

Des miliciens chiites ont attaqué vendredi une mosquée sunnite au nord-est de Bagdad, faisant au moins 70 morts, selon un nouveau bilan donné par des officiers irakiens et des docteurs.

Des officiers de l'armée et de la police ont indiqué que l'attaque contre la mosquée Moussab ben Omair était survenue après que des miliciens chiites eurent été tués dans des affrontements dans le même secteur, alors que d'autres sources ont fait état d'une bombe visant une de leurs patrouilles.

Des médecins et des officiers ont établi le bilan, auparavant de 32 morts, à 70 ainsi que 20 blessés, précisant que les fidèles avaient été tués par des tirs nourris de mitraillette.

L'attaque, survenue dans la région de Hamrine, dans la province de Diyala, risque d'aviver encore un peu plus les grandes tensions confessionnelles, et augmenter la colère de la minorité sunnite envers le gouvernement à majorité chiite à un moment où celui-ci a un grand besoin de la coopération des sunnites dans son combat contre les jihadistes de l'Etat islamique.

L'EI, un groupe radical sunnite, a lancé le 9 juin une offensive fulgurante au nord, à l'ouest et à l'est de Bagdad et a depuis pris le contrôle de larges pans du territoire dans cinq provinces, dont celle de Diyala.

Après la déroute des forces de l'ordre devant l'offensive de ce groupe à la réputation sanguinaire, le gouvernement irakien s'est tourné vers les milices chiites, qu'il avait combattues par le passé, pour soutenir ses troupes.

Vous aimerez aussi

Des membres de la minorité yazidie en Irak cherchent des preuves pouvant leur permettre de retrouver des proches disparus ou tués par le groupe Etat islamique (EI), dans un charnier près du village de Sinuni, dans la région de Sinjar (nord-ouest), le 3 février 2015 [Safin HAMED / AFP/Archives]
Conflit Daesh a laissé derrière lui plus de 200 charniers en Irak, selon l'ONU
Culture Irak : religion et poésie en harmonie
Prix Nobel Prix Nobel de la Paix : quand Nadia Murad racontait son calvaire d'esclave sexuelle de Daesh

Ailleurs sur le web

Derniers articles