Syrie : la communauté internationale divisée

Vue en date du 15 août 2014 de Meilha dans les environs de Damas, réalisée lors d'un voyage organisé par le gouvernement [Louai Beshara / AFP/Archives]

Des frappes américaines contre l'Etat islamique en Syrie décidées sans l'aval de l'ONU constitueraient une "violation grossière" du droit international, a estimé jeudi le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

 

"Le président américain a annoncé la possibilité de frappes sur les positions de l'Etat islamique en Syrie sans l'accord du gouvernement légal (le régime de Bachar al-Assad)", a déclaré Alexandre Loukachevitch.

"Une telle initiative en absence de résolution du Conseil de sécurité de l'ONU constituerait un acte d'agression, une violation grossière du droit international", a ajouté M. Loukachevitch lors d'un point de presse hebdomadaire de la diplomatie russe.

 

Londres exclut de participer à des frappes

"Soyons clairs, la Grande-Bretagne ne participera pas à des frappes aériennes en Syrie", a indiqué pour sa part le ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond, rappelant l'opposition à une intervention militaire en Syrie du parlement britannique l'an dernier.

"Nous avons déjà eu cette discussion l'an dernier dans notre parlement et on ne va pas remettre en question cette position", a-t-il dit, sans pour autant exclure une participation à des frappes en Irak.

 

La Syrie réagit

Le chef de la diplomatie allemande a pour sa part souligné que l'Allemagne ne participerait à aucune frappe aérienne, que ce soit en Syrie ou en Irak. "Très clairement, on ne nous l'a pas demandé et nous ne le ferons pas", a déclaré M. Steinmeier. Il a souligné que cette position allemande connue était respectée par ses alliés internationaux.

Le secrétaire d'Etat syrien pour la Réconciliation nationale Ali Haïdari a affirmé jeudi que toute action militaire américaine en Syrie sans l'aval du pouvoir serait considérée comme une "attaque".Il n'a toutefois pas précisé comment la Syrie réagirait.

 

 

 

 

À suivre aussi

Justice Coup de filet à Brest : les 7 suspects mis en examen et écroués
Les sept suspects interpellés lundi lors d'un coup de filet antiterroriste dans le Finistère transférés à la DGSI. [GERARD JULIEN / AFP/Archives]
Terrorisme Coup de filet à Brest : un réfugié soupçonné d'avoir appartenu à Daesh au coeur de l'enquête
jihadisme Le nouveau chef de Daesh a été identifié

Ailleurs sur le web

Derniers articles