Cas d'Ebola au Texas : les Etats-Unis rassurants

Un homme vêtu d'une combinaison de protection, le 14 août 2014 à l'hôpital de Biankouma (Côte d'Ivoire)[Issouf Sanogo / AFP/ Archives]

Alrs que le le Texas enregistre le premier cas d'Ebola hors d'Afrique, les autorités américaines veulent éviter que la peur se propage.

 

Comment éviter la psychose ? Mercredi, au lendemain de l’hospitalisation au Texas du premier malade d'Ebola diagnostiqué hors du continent africain, les autorités américaines se voulaient rassurantes.

«Je n'ai aucun doute que nous contrôlerons l'importation de ce cas d'Ebola pour l'empêcher de se propager largement dans le pays», a indiqué le Dr Tom Frieden, directeur des Centres de contrôle et de prévention des maladies.

 

La Maison Blanche monte au créneau

De son côté, la Maison Blanche a utilisé les réseaux sociaux pour rassurer la population, martelant sur Twitter que le virus ne se transmet pas par voie aérienne et que les Etats-Unis ont «les meilleurs médecins du monde».

 

 

A Dallas, ou l’homme infecté, en provenance du Libéria, a été placé en quarantaine, la prudence était toutefois de mise. Le Dr Frieden a assuré que l’entourage du malade serait surveillé de près estimant «possible» qu’il soit contaminé.

Trois pompiers et plusieurs membres de l’hôpital qui se sont occupé du patient ont également été placés en quarantaine pour au moins trois semaines, par prévention. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles