Un soldat français tué au Mali lors d'un accrochage

Un hélicoptère Puma de l'armée française à Bourem, dans le nord du Mali. [Pascal Guyot / AFP / Archives]

Un sergent-chef français a été tué mercredi matin dans le nord du Mali lors d'une opération des forces françaises "contre un groupe armé terroriste" dans l'Adrar des Ifoghas, a annoncé François Hollande dans un communiqué publié par l'Elysée.

 

"C'est avec une grande émotion que le président de la République a appris la mort au combat tôt ce matin d'un sergent-chef du Commando Parachutiste de l'Air N°10, au cours d'une opération des forces françaises contre un groupe armé terroriste au Nord du Mali, dans l'Adrar des Ifoghas", indique le communiqué.

 

Le chef de l'Etat "exprime son profond respect pour le sacrifice de ce sous-officier des forces spéciales dans le cadre d'une mission particulièrement périlleuse qui a atteint ses objectifs".

Un peu plus tôt, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian avait annoncé qu'un "violent accrochage" avait opposé dans la nuit de mardi à mercredi la force française Barkhane à un "important groupe armé terroriste de type Aqmi" dans le nord du Mali. "Nos forces se sont rapprochées d'un campement terroriste abritant une trentaine d'individus" a indiqué M. Le Drian.

Par ailleurs, deux autres militaires français ont été blessés durant cette mission menée par la force française Barkhane "dans le massif du Tigharghar", a ajouté le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian dans un communiqué distinct.

 

Un soldat de 32 ans

Le soldat tué, Thomas Dupuy, natif de Toulouse et âgé de 32 ans, était un sous-officier de l'armée de l'air et appartenait au Commando parachutiste de l'air (CPA) n°10, basé à Orléans, a précisé M. Le Drian.

"Engagé dans les armées à l'âge de 23 ans, il avait notamment servi en Afghanistan en 2011, avant de rejoindre le théâtre sahélien en août dernier. Il était un spécialiste reconnu dans les domaines de l'appui aérien, des transmissions opérationnelles et du saut à ouverture très grande hauteur", selon le communiqué.

 

 

 

À suivre aussi

Un soldat nigérien devant les tombes de militaires tués, le 15 décembre 2019 à Niamey [Boureima HAMA / AFP/Archives]
Sahel Emmanuel Macron réunit le G5 Sahel pour resserrer le front anti-jihadiste
Une femme déchire un drapeau français pendant une manifestation le 10 janvier 2020 à Bamako [ANNIE RISEMBERG / AFP]
Mali Un millier de manifestants à Bamako pour réclamer le départ des troupes étrangères
Mali L'otage française Sophie Pétronin a été «oubliée», estime son époux

Ailleurs sur le web

Derniers articles