Une fessée sous haute surveillance

Afin d’être certain d’être dans son droit, un habitant d’Okeechobee, en Floride, a récemment appelé la police… pour savoir s’il pouvait en infliger une à sa fille de 12 ans. [Cc WLWT]

La fessée fait aussi débat aux Etats-Unis. Afin d’être certain d’être dans son droit, un habitant d’Okeechobee, en Floride, a récemment appelé la police… pour savoir s’il pouvait en infliger une à sa fille de 12 ans.

 

N’étant pas sûr de la loi en vigueur dans l’Etat, il a ainsi demandé au shérif du comté de déterminer si la punition était légale ou non, afin d’éviter la case prison. L’officier s’est alors rendu sur place pour "superviser" l’opération et expliquer qu’il y avait une "grande différence" entre "battre son enfant et le discipliner".

Le shérif a donc assisté à la punition et vérifié que la législation en ­vigueur était respectée, à savoir que la fessée reste possible si elle ne marque pas durablement la peau. Après vérification, la correction n’a pas constitué un délit et le papa n’a donc pas été inquiété.

Loufoque au premier abord, ce type de requêtes serait assez courant en Floride. Le shérif d’Okeechobee a même confié "avoir été appelé une douzaine de fois" pour cette raison. Mais il a précisé "qu’un représentant de l’ordre n’est pas envoyé systématiquement".

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles