PEGIDA : que sait-on du mouvement anti-islam allemand ?

Le logo de PEGIDA représente un homme mettant à la poubelle les emblèmes du nazisme, du communisme, des mouvements "antifa" et de l'état islamique. [ARNO BURGI / DPA / AFP]

Il s'est imposé en quelques semaines au devant de l'actualité allemande. PEGIDA mobilise des dizaines de milliers de manifestants qui dénoncent "l'islamisation de l'Occident".

 

Alors que la France passe de la polémique Zemmour à la polémique Houellebecq sur fond de menace djihadiste, la société allemande est également travaillée par un vif débat sur la question de l'Islam avec l'émergence du mouvement PEGIDA, l'acronyme de "Patriotische Europäer gegen die Islamisierung des Abendlandes", ce qui signifie en français "Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident".

Le mouvement a été fondé en octobre dernier par Lutz Bachmann, un militant né à Dresde (ex-RDA) en janvier 1973. L'homme, qui a travaillé dans le secteur de la publicité, a été arrêté pour une série de braquages commis dans les années 90, puis impliqué dans des affaires de trafic de drogue. Son itinéraire est éloigné de celui d'un militant d'extrême-droite "classique".

 

Trainée de poudre

C'est en observant des affrontements entre kurdes et salafistes sur le sol allemand qu'il aurait exprimé son indignation sur les réseaux sociaux, déclenchant une tempête de soutiens. Fort de cette réaction, il aurait alors décidé de la concrétiser en appelant à la manifestation chaque lundi. Cantonné à Dresde, le mouvement semble en train de s'étendre géographiquement. Lundi 5 janvier, les premiers rassemblements ont été organisés à Cologne. Le mot d'ordre de PEGIDA est "Wir sind das Volk" ("Nous sommes le peuple"), celui-là même qui étaient utilisés par les militants démocrates de l'ex-RDA avant la chute du Mur.

 

 

Face à PEGIDA, des contre-manifestants se sont mobilisés et se réunissent désormais parallèlement sous la haute surveillance des forces de police. Angela Merkel a elle-même fait allusion à PEGIDA que soutiendraient 29% des Allemands. "Je dis à tous ceux qui vont à ces manifestations : ne suivez pas ceux qui appellent à y participer. Car trop souvent leurs coeurs sont remplis de préjugés, de froideur, voire de haine", a t-elle déclaré lors de ses voeux.

 

Déclinaison en France ?

En France, le mouvement suscite des réactions variées. Au Front National, on le considère avec prudence dans l'orbite de Marine Le Pen. PEGIDA pourrait pourtant faire des émules. Le 18 janvier, plusieurs mouvements - dont Riposte Laïque - appellent à une manifestation contre l'islamisme à Paris, explicitement inspirée du mouvement allemand. A l'échelle locale, des organisations régionales se mettent également en place comme PEGIDA-Breizh ou PEGIDA-Lorraine.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles