Pakistan : violents heurts devant le consulat de France à Karachi

Le drapeau français a été brûlé au cours d'une manifestation condamnant les caricatures du journal français Charlie Hebdo le 15 janvier à Multan au nord-est du Pakistan. [STR / AFP]

De violents heurts ont éclaté entre des policiers et des manifestants anti-Charlie Hebdo devant le consulat de France à Karachi au Pakistan. D'autres démonstrations de mécontentement se déroulent dans plusieurs villes du pays. Un photographe de l'AFP a été grièvement blessé.

 

Des heurts violents entre policiers et manifestants anti-Charlie Hebdo ont fait des blessés vendredi devant le consulat de France à Karachi, la métropole économique du Pakistan, selon un journaliste de l'AFP.

Le photo-reporter Asif Hassan a été touché d'une balle dans les poumons et a été transporté d'urgence à l'hôpital Jinnah. L'intervention chirurgicale s'est déroulée avec succès. Un porte-parole de l'hôpital a déclaré ne plus "craindre pour sa vie".

Les policiers pakistanais ont effectué des tirs de sommation et utilisé le canon à eau pour disperser des manifestants, selon ce journaliste qui a fait état d'au moins deux blessés. Les heurts ont commencé en milieu d'après-midi après la traditionnelle prière du vendredi. Les grands partis islamistes du pays avaient appelé à des manifestations nationales pour dénoncer la publication d'une nouvelle caricature du prophète Mahomet en une du journal satirique français.

 

Manifestations dans plusieurs villes pakistanaises

Des manifestations avaient aussi lieu vendredi à Islamabad, Lahore (est), Peshawar (nord-ouest), et Multan (centre) où un drapeau tricolore français a été brûlé, selon un journaliste de l'AFP sur place.

 

 

Le gouvernement pakistanais mécontent

C'est le Pakistan qui a connu les manifestations les plus violentes. Le ministre fédéral des Affaires religieuses, Sardar Yousaf, a déclaré que "les médias qui ont publié ces croquis devraient être interdits, toutes les copies devraient être confisquées et brûlées".

A Islamabad, les parlementaires sont descendus mercredi et jeudi dans la rue montrer leur mécontentement. A Lahore également, on pouvait lire sur les pancartes des manifestants  "les caricaturistes doivent être pendus sur-le-champ" et 500 imans criaient "mort à Charlie Hebdo" selon le site du JDD.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles