Syrie : offensive de l'armée à Alep avant un débat à l'ONU

Des Syriens qui recherchent des survivants sous les débris à Alep le 7 février 2015. [ZEIN AL RIFAI/AMC/AFP]

Les forces gouvernementales syriennes ont lancé mardi une offensive majeure pour prendre en tenaille les quartiers rebelles d'Alep, le jour où l'ONU doit discuter d'un plan visant à geler les combats dans l'ancienne capitale économique du pays.

 

"L'objectif est double pour les forces du régime: couper la route reliant Alep et la frontière turque et imposer ainsi un siège total aux quartiers rebelles et d'un autre côté ouvrir la route menant à deux villages chiites pro-gouvernementaux Naboul et Zahra, assiégés par les rebelles depuis dix-huit mois, a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Selon cette ONG, l'armée syrienne, appuyée par des combattants iraniens et afghans ainsi que par le mouvement chiite libanais du Hezbollah, a pris les villages de Bashkoy et Riyan, à un dizaine de km au nord d'Alep. Des combats se déroulent plus au nord à Hardtenine tandis que l'artillerie gouvernementale bombarde deux localités rebelles sur la route menant aux deux villages chiites assiégés.

 

Remise d'un rapport à l'ONU visant à stopper la guerre

Cette offensive a commencé le jour même où le médiateur de l'ONU pour la Syrie Staffan de Mistura doit présenter au Conseil de sécurité de l'ONU un rapport sur sa mission visant à stopper la guerre ravageant ce pays depuis quatre ans.

Ancien cœur industriel de la Syrie, Alep est coupé en deux depuis juillet 2012 : les rebelles se trouvent à l'est et le régime à l'ouest d'une ligne de démarcation qui balafre la ville du nord au sud.

Dans la province d'Alep, c'est l'inverse : les forces du régime sont présentes à l'est tandis que leurs adversaires assoient leur autorité sur le reste de la province.

   

Ouvrir plusieurs fronts

"Alep est essentiel et cette bataille va continuer de manière intense car elle est très importante. Le principal objectif est casser le siège d'Alep" par les rebelles qui contrôlent quasiment toute la province, à l'exception d'une petite portion à l'est de la ville, a expliqué à l'AFP une source militaire syrienne.

Interrogée sur l'offensive gouvernementale dans le sud du pays, à la lisière des positions israéliennes sur le plateau du Golan, la source militaire a affirmé : "cette attaque n'est pas liée à celle du sud mais l'opération militaire à Alep prouve la capacité de l'armée syrienne à ouvrir plusieurs fronts en même temps".

 

Instaurer des zones de cessez-le-feu

A Alep, des combats ont lieu dans différentes parties de la ville notamment dans le Vieil Alep (centre), Rachidine à l'est et Zahra à l'ouest, selon l'OSDH, qui précise que 18 rebelles ont été tués, dont six dans la ville.

Selon l'OSDH, huit civils ont été tués par des obus rebelles sur Mocambo et Azizia, des quartiers de l'ouest de la ville, sous contrôle du régime.

M. de Mistura avait proposé le 30 octobre de commencer par instaurer des zones de cessez-le-feu pour permettre la distribution de l'aide humanitaire à Alep. Il a suscité la colère de l'opposition et des rebelles en affirmant vendredi que le président Bachar al-Assad "faisait partie de la solution" en Syrie.

 

Un lien entre la reprise des combats et les discussions à l'ONU ?

Pour Noah Bonsey, analyste d'International Crisis Group, "c'est une escalade du régime pour renforcer sa position concernant la proposition de gel des combats" à Alep.

"Si le régime est capable de s'emparer de ces villes et de s'y maintenir et s'il est capable de briser les sièges de Naboul et Zahra, il s'agira d'un développement significatif. Mais cela fait beaucoup de si", a-t-il souligné.

La reprise des combats à Alep "n'a rien à voir avec les discussions à l'ONU", a pour sa part estimé Fabrice Balanche, un géographe spécialiste de la Syrie.

 

Une période défavorable pour les rebelles

Selon lui, "la stratégie militaire de Bachar al-Assad est complètement indépendante : il entend vaincre par la force et non par des négociations internationales."

"Le moment est bien choisi dans le Nord, car avec l'offensive kurde sur les territoires tenus par l'Etat islamique (EI), Bachar al-Assad sait que l'EI n'a pas les moyens d'attaquer ses positions à Alep", explique-t-il.

"En outre, le mois de février est propice aux attaques de l'armée régulière car l'hiver lui est davantage favorable qu'aux rebelles qui souffrent du froid et de l'humidité", estime M. Balanche.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles