Dropped : les cercueils des victimes bientôt rapatriés

Dropped : les dépouilles des victimes vont être acheminées vers Buenos Aires avant de regagner la France. [LOIC VENANCE / AFP]

Les huit corps des Français morts dans une collision d'hélicoptères en Argentine pendant le tournage de "Dropped", dont des vedettes du sport, ont été sortis de la morgue mardi soir et devaient être transportés mercredi de La Rioja à Buenos Aires.

 

Les dépouilles ont quitté la morgue des deux hôpitaux de la ville de La Rioja (nord-ouest) pour une entreprise de pompes funèbres, a constaté un collaborateur de l'AFP. 

Mercredi à la mi-journée, le temps d'obtenir les dernières autorisations administratives des autorités provinciales, les cercueils devaient être conduits à Buenos Aires, par la route (1.200 km, 13 heures de trajet).

Le juge fédéral Daniel Herrera, chargé de l'enquête sur la tragédie, a annoncé lundi que les dépouilles de la navigatrice Florence Arthaud, de la nageuse Camille Muffat, du boxeur Alexis Vastine et de cinq membres de l'équipe de tournage avaient été identifiées par des médecins légistes français et argentins.

Les corps des deux pilotes argentins ont aussi été identifiés et remis aux familles.

Dans la capitale argentine, il faudra encore "compter sur deux, trois jours de démarches administratives" auprès des autorités fédérales argentines avant le départ des huit cercueils vers Paris par un vol Air France, selon une source proche du dossier.

Dans le meilleur des cas, les cercueils seront acheminés en France en fin de semaine.

L'enquête se poursuit dans la province de La Rioja pour déterminer les causes de la collision, survenue le 9 mars, alors que les deux hélicoptères venaient de décoller du village de Villa Castelli.

 

"Mauvaise coordination entre les pilotes"

"Selon les premiers éléments de l'enquête, plus qu'une erreur de pilotage, ce serait une mauvaise coordination entre les pilotes", a indiqué une source argentine proche du dossier.

Parallèlement à la procédure argentine, une enquête a été ouverte en France par le parquet de Paris.

Deux enquêteurs de la Section de recherches de la gendarmerie des transports aériens (GTA), envoyés en Argentine la semaine dernière, devaient retourner en France en fin de semaine, la phase d'investigations sur les lieux étant sur le point de se terminer. Ils poursuivront leur travail depuis la France

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles