Réfugiés Rohingyas : un nouveau drame migratoire

Un groupe de rescapés Rohingya le 12 mai, arrivés dans un bateau contenant 573 passagers. [Chaideer Mahyuddin / AFP]

Un bateau transportant des centaines de migrants venus du Bangladesh et de Birmanie a été remorqué mardi par la marine indonésienne hors de ses eaux territoriales. Depuis dimanche, près de 2.000 réfugiés ont gagné les côtes de la Malaisie et de l’Indonésie.

 

La tentative de centaines de migrants a échouée mardi quand leur bateau n'a pu accoster en Indonésie, remorqué hors des eaux du pays par la marine indonésienne. Manahan Simorangkir, son porte-parole, a annoncé mardi à l’AFP : "On ne les force pas à aller en Malaisie ou en Australie. Ce n’est pas notre problème. Notre problème c’est qu’ils ne viennent pas en Indonésie car ce n’est pas leur destination". La destination prise par le navire n’a pas encore été indiquée.

Le bateau transporte environ 400 passagers, mis en danger par le manque d'eau et de nourriture à bord. Dimanche, 600 réfugiés avaient pu débarquer sur la pointe nord de l’île de Sumatra, dans un premier bateau. Une autre embarcation n’avait pas été autorisée à gagner le virage, seulement approvisionnée en eau et nourriture par la marine. 

Les appels internationaux se sont multipliés mardi pour demander aux gouvernements du sud-est asiatique de porter secours à ces milliers de "boat-people". Nombre d’entre eux appartiennent à la communauté des Rohingyas, une minorité musulmane considérée comme l’une des plus persécutées au monde par l’ONU.

 

Qui sont les Rohingyas, peuple le plus persécuté au monde ? 

La présence en Birmanie des Rohingyas remonterait au XVème siècle. Pourtant, selon le gouvernement birman, ils seraient arrivés lors de la colonisation britannique. Essentiellement regroupés près de la frontière avec le Bangladesh, ils sont considérés par la plupart comme des immigrants illégaux bangladais. Depuis 1982, les Rohingyas sont privés de la nationalité birmane.

Depuis les violences interethniques de 2012, plus de 100.000 d’entre eux ont fui la violence et la misère en Birmanie. Près de 140.000 ont été transférées dans des camps de déplacés. L’agence des Nations unies pour les réfugiés estime que 25.000 Rohingyas et Bangladais ont pris la mer clandestinement entre janvier et mars.

Une fois sur place, les Rohingyas se retrouvent réduits en esclavage par des trafiquants. La Thaïlande a récemment pris des mesures pour combattre ce phénomène, après avoir été accusée de fermer les yeux par la communauté internationale. 26 corps ont été retrouvés le week-end dernier dans la province thaïlandaise de Songkhla. Six autres ont été découverts mercredi dans la jungle.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles