Tikrit : 24 personnes condamnées à mort

L'entrée de la ville de Tikrit, le 25 février 2013 [Ahmad al-Rubaye / AFP/Archives]

Un tribunal irakien a condamné mercredi à la peine de mort par pendaison 24 personnes pour le massacre par des jihadistes et leurs alliés de centaines de recrues, en majorité chiites, à Tikrit, au nord de Bagdad.

 

La cour criminelle centrale a prononcé la peine de mort pour 24 des 28 accusés pour "le massacre de Speicher", du nom de la base militaire où les victimes avaient été enlevées avant d'être exécutées. "Après délibérations, le tribunal a jugé que les preuves récoltées étaient suffisantes pour condamner les 24 accusés", a dit le juge. "La cour a décidé qu'ils seraient exécutés par pendaison", a-t-il ajouté. Les 24 hommes ont nié toute implication dans le massacre, commis au premiers jours d'une offensive fulgurante de l'EI en Irak.

En juin 2014, des hommes armés appartenant ou liés à l'EI avaient enlevé des centaines de recrues rassemblées à Speicher, situé à la limite nord de Tikrit. Ils les avaient ensuite exécutés un par un, selon des images de propagande diffusées par l'EI qui avaient provoqué l'effroi et la colère au sein de la communauté chiite. Certains corps avaient été jetés dans le fleuve Tigre, qui traverse Tikrit, tandis que la plupart étaient enterrés dans des fosses communes aux alentours.

Le 10 juin, les autorités ont annoncé avoir exhumé quelque 600 corps dans les fosses communes de Tikrit. Selon les estimations, le "massacre de Speicher" aurait fait jusqu'à 1.700 morts, ce qui en fait l'un des actes les plus atroces commis par l'EI, un groupe accusé de crimes contre l'Humanité dans les régions sous son contrôle en Irak et en Syrie voisine.

 

À suivre aussi

Des manifestants irakiens brûlent des pneus à Bagdad le 4 octobre 2019  [AHMAD AL-RUBAYE / AFP]
Proche-Orient Contestation en Irak : 73 morts, plus de 3.000 blessés depuis mardi
Plusieurs manifestants sont morts pendant les premiers jours de manifestation.
Proche-Orient La répression contre les manifestants continue de faire des morts en Irak
Jacques Chirac et Dominique de Villepin, le 20 mars 2003, au lendemain du début de la guerre en Irak.
Disparition Quand Jacques Chirac disait «non» à la guerre en Irak en 2003

Ailleurs sur le web

Derniers articles