Un otage britannique libéré par les Émirats au Yémen

L'otage britannique était retenu au Yémen depuis février 2014.[Mohammed Huwais / AFP]

La force des Emirats arabes unis participant à l'opération anti-rebelles au Yémen a réussi à libérer un otage britannique détenu depuis plus de 18 mois par Al-Qaïda, au grand soulagement de Londres.

 

La libération de cet ingénieur du secteur pétrolier de 64 ans, enlevé en février 2014 à Sanaa et conduit ensuite dans la province du Hadramout (sud-est du Yémen), a été annoncée dimanche simultanément à Londres et à Abou Dhabi. L'otage, identifié par l'agence officielle WAM des Emirats comme étant Douglas Robert Semple, a été libéré par les forces émiraties lors d'une opération de renseignement dans un lieu non précisé et emmené ensuite à Aden. Il a été évacué dans la nuit de samedi à dimanche de cette ville du sud du Yémen à bord d'un avion militaire vers Abou Dhabi.

"Je me réjouis de confirmer qu'un otage britannique détenu au Yémen a été libéré par les forces des Emirats arabes unis", a déclaré le ministre des Affaires étrangères britannique Philip Hammond, dans un communiqué, en soulignant qu'il est "sain et sauf". "Nous sommes très reconnaissants envers les Emirats arabes unis pour leur aide", a ajouté le chef de la diplomatie britannique qui se trouvait dimanche à Téhéran pour rouvrir l'ambassade du Royaume-Uni en Iran.

 

Cameron remercie les Emirats

Selon l'agence WAM, le prince héritier d'Abou Dhabi, cheikh Mohammed Ben Zayed Al-Nahyane, a personnellement téléphoné dans la nuit au Premier ministre britannique David Cameron pour l'informer de la libération de l'otage qui était aux mains de "l'organisation terroriste d'Al-Qaïda". "Merci aux Emirats pour leur aide", a tweeté plus tard M. Cameron.

Depuis Abou Dhabi, ce dernier a pu parler au téléphone à son épouse et pourra retourner dans son pays une fois tous les examens médicaux effectués. Les autorités émiraties ont présenté cette libération comme le témoignage de leur détermination à "lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes".

 

Vous aimerez aussi

Conflit Yémen : spectaculaire attaque de drone contre l'armée
L'émissaire des Nations unies, le Britannique Martin Griffiths (C), à son arrivée à l'aéroport de la capitale yéménite Sanaa le 5 janvier 2019 [MOHAMMED HUWAIS / AFP]
Moyen-orient Pari difficile pour l'ONU au Yémen
L'émissaire de l'ONU au Yémen, Martin Griffiths (C), à son arrivée à Sanaa, lors d'un déplacement le 21 novembre 2018 [MOHAMMED HUWAIS / AFP/Archives]
Moyen-orient Nouvelle mission au Yémen de l'émissaire de l'ONU

Ailleurs sur le web

Derniers articles