Le créateur de Daesh jugé trop barbare par al-Qaïda

Abou Moussab al-Zarqaoui a été tué en 2006 après une frappe américaine. [HO / AFP]

Dans un courrier intercepté par la CIA dans les années 2000, al-Qaida avait exprimé des doutes sur les méthodes barbares d’Abou Moussab Al-Zarqaoui, responsable de la branche irakienne de l’organisation terroriste et précurseur de Daesh.

Dans la lettre, révélée dans un livre événement, le numéro deux d’al-Qaida, Ayman Al-Zahouahiri expliquait ainsi que la soif de sang d’Al-Zarqaoui nuisait à l’image de la branche principale de l’organisation, vue au départ comme une force libératrice anti-américaine par les populations locales.

Car si «tuer des Américains et des soldats irakiens» était jugé «acceptable » par le dirigeant de l'organisation jihadiste, le bombardement et la destruction de mosquées chiites et les exécutions barbares filmées envoyaient de mauvais messages. «Le mouvement moudjahidine doit éviter les actions que les masses ne comprennent ni n’approuvent», mettait alors en garde Al-Zahouahiri. «Nous n’avons pas besoin de cela.»

Al-Zarqaoui lui avait répondu que toutes ses actions étaient de toute manière condamnées par les érudits du mouvement. Il estimait par ailleurs que ses méthodes permettaient de mettre des bâtons dans les roues des Américains. Aussi jugeait-il qu'il n'avait pas de leçons à recevoir d'Al-Zahouahiri.

Soupçonné d’avoir commandité des dizaines d’attentats en Irak au début des années 2000, Al-Zarqaoui, radicalisé en Jordanie, est également connu pour avoir mis en scène la décapitation de Nicholas Berg, un otage américain enlevé en 2004 par les terroristes islamistes. Le point de départ de nombreuses vidéos d’exécutions de prisonniers. Tué à la suite d’un bombardement américain le 8 juin 2006, le terroriste est à l’origine du mouvement Daesh, créé des années plus tard par ses successeurs.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles