La Russie renforce ses contrôles sur les produits importés de Turquie

Le président russe Vladimir Poutine le 16 avril 2015 à Moscou [ALEXEI DRUZHININ / RIA NOVOSTI/AFP/Archives] Ce n'est pas la première fois que la Russie prend des décisions sanitaires en fonction de ses positions géopolitiques. [ALEXEI DRUZHININ / RIA NOVOSTI/AFP/Archives]

La Russie a décidé de renforcer ses contrôles sur les produits agricoles et alimentaires importés de Turquie, citant des violations des normes sanitaires, a annoncé jeudi le ministère de l'Agriculture deux jours après le crash d'un bombardier russe abattu par l'aviation turque.

Cité dans un communiqué, le ministre de l'Agriculture Alexandre Tkatchev évoque des «violations répétées des normes russes par les producteurs turcs», qui pourraient concerner environ 15% des produits agricoles importés du pays. Il cite la présence de «substances interdites et nuisibles» ainsi que des doses excessives de pesticides ou nitrates.

Le gouvernement a donc ordonné à l'agence chargée de la sécurité phytosanitaire Rosselkhoznadzor de renforcer ses contrôles sur les «produits agricoles et alimentaires» importés de Turquie et «d'organiser des vérifications supplémentaires à la frontière et sur les lieux de production en Turquie».

Une sanction après l'affare du bombardier russe abattu ?

Depuis des années, la Russie est régulièrement accusée de prendre des décisions sanitaires en fonction de ses positions géopolitiques, de la Géorgie à l'Ukraine. Elle impose depuis l'été 2014 un embargo sur la plupart des produits alimentaires des pays occidentaux qui la sanctionnent pour son implication présumée dans la crise ukrainienne, ce qui affecte durement les agriculteurs européens. Cette mesure doit être étendue au 1er janvier à l'Ukraine.

La Turquie est un gros exportateur de fruits et légumes et un important fournisseur pour la Russie. A la télévision mercredi, Alexandre Tkatchev avait assuré que la Russie pourrait s'approvisionner ailleurs en cas d'embargo sur les produits turcs. «Nous remplacerons les importations de légumes, surtout des tomates, par d'autres pays : l'Iran, le Maroc, Israël, l'Azerbaïdjan, l'Ouzbékistan», a précisé le ministre.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a prévenu mercredi que Moscou allait «sérieusement réévaluer» les relations avec Ankara après que l'aviation turque a abattu un bombardier russe à la frontière syrienne. Cet incident, le plus grave survenu entre Moscou et Ankara depuis le début de l'intervention militaire russe en Syrie il y a deux mois, a coûté la vie à deux militaires russes, l'un des deux pilotes et un militaire participant à une opération de sauvetage qui a été tué après que l'hélicoptère de son commando avait été lui aussi abattu.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles