San Bernardino : le FBI requalifie la fusillade d"acte de terrorisme"

Des enquêteurs recherchent des indices sur la véhicule utilisé par le couple d'origine pakistanaise auteur de la fusillade de San Bernardina, le 3 décembre 2015 en Californie [Patrick T. Fallon / AFP] Des enquêteurs recherchent des indices sur la véhicule utilisé par le couple d'origine pakistanaise auteur de la fusillade de San Bernardina, le 3 décembre 2015 en Californie [Patrick T. Fallon / AFP]

La femme qui, avec son mari, a massacré 14 personnes mercredi en Californie, a fait allégeance au chef autoproclamé de l'organisation jihadiste Etat islamique sur Facebook, a affirmé vendredi la chaîne américaine CNN. Un peu plus tard, le FBI a annoncé que l'enquête sur la fusillade était requalifiée en "acte de terrorisme".

Après 48 heures d'oscillations entre l'hypothèse terroriste et celle d'un accès de rage incontrôlé, les policiers du FBI croient désormais savoir pourquoi Syed Farook et Tashfeen Malik, des jeunes parents pas encore trentenaires, ont basculé mercredi dans une violence imprévue. "Nous enquêtons désormais sur ces faits horribles dans l'hypothèse d'un acte terroriste. Nous avons des preuves montrant qu'(ils) avaient fait l'objet d'une minutieuse préparation" vient d'affirmer David Bowdich, un responsable de l'antenne du FBI à Los Angeles. A ce stade de l'enquête "nous n'avons aucune indication que ces tueurs font partie d'une organisation plus large ou qu'ils font partie d'une cellule" a précisé le patron du FBI.

Plus tôt, CNN avait révélé que Tashfeen Malik avait publié sur le réseau social  Facebook un texte pour faire allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi avec un compte qui n'était pas à son nom. Rien n'indique toutefois que Tashfeen Malik, pakistanaise, et son mari Syed Farook, un Américain, aient été "dirigés" par Daesh pour commettre cette fusillade qui a fait 14 morts et 21 blessés, nuancent les responsables fédéraux des forces de l'ordre au New York Times. "A ce stade, nous pensons qu'ils sont plus auto-radicalisés et inspirés par le groupe que vraiment commandés pour commettre la fusillade", explique une source au quotidien.

Leurs traces numériques effacées

Dans les jours précédant la tuerie, le couple aurait pris soin d'effacer ses traces numériques, ce qui laisse penser aux autorités que l'acte était prémédité, poursuit le journal.Plus tôt vendredi, un avocat de la famille de Syed Farook avait décrit un possible lien de ce dernier avec la mouvance islamiste comme "ténu". Les autorités exploraient depuis les premières heures la piste terroriste, outre celle d'un éventuel différend professionnel, pour expliquer ce qui a poussé le couple armé jusqu'aux dents, à tuer 14 personnes avant de mourir lors d'un échange de tirs avec la police quelques heures après le drame.

Syed Farook et Tashfeen Malik étaient mariés depuis depuis deux ans et passaient pour de fervents mais discrets musulmans. Tous deux étaient d’origine pakistanaise. Farook était allé chercher son épouse en Arabie Saoudite, où la femme a vécu après le Pakistan. Mais à son retour, ce n'était plus le même homme, a assuré un de ses anciens collègues, Christian Nwadike à CBS : "Je pense qu'il a épousé une terroriste", a-t-il déclaré.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles