Le président du Turkménistan interdit de fumer dans tout le pays

Des fonctionnaires antidrogue ont récemment effectué des descentes dans des magasins de la capitale.[CC / russavia]

Les autorités turkmènes interdisent désormais la vente de cigarettes et de tous les produits issus du tabac.

Trois ans après l’interdiction de fumer en public, les fumeurs turkmènes voient ainsi s’amenuiser les occasions de tirer sur une tige. Selon plusieurs médias indépendants, un décret menace formellement les commerçants qui seraient surpris à vendre du tabac d’une amende de 6.900 manats, la monnaie turkmène, soit 1.810 euros environ. Une somme équivalente à 10 mois de salaire tout de même.

A défaut de décret, ce qui est certain, c’est que des fonctionnaires antidrogue ont récemment effectué des descentes dans des magasins de la capitale, Achgabat, pour faire enlever sous la menace des rayons toutes les cigarettes.

Une injonction présidentielle

Cette interdiction de vendre des cigarettes fait suite aux virulentes critiques du président Gourbangouli Berdimoukhamedov contre l'usage du tabac. Lors d'une réunion gouvernementale retransmise à la télévision le 5 janvier, ce dentiste de formation avait exigé des «mesures massives pour éradiquer le tabac» et menacé de renvoyer Atadurd Odmanov, le directeur de l'agence antidrogue, dont il juge l'action insuffisante en la matière. Le pauvre homme a déjà été dépouillé de son grade de colonel au début du mois de janvier pour son échec à décourager les fumeurs. Les marchands vendent donc désormais leurs cigarettes sous le manteau. Cette mesure a déjà provoqué une hausse des prix des paquets des cigarettes et encouragé le marché noir. 

Une situation à peine croyable quand on se souvient de l'ancien président turkmène, Saparmourat Niazov, fumeur invétéré jusqu'à ce qu'il arrête de fumer après une opération du coeur en 2000. C’est lui qui avait peu après signé un premier décret antitabac avant que les mesures s’accumulent. Depuis, Gourbangouli Berdimoukhamedov a accentué cette politique. Récemment, la télévision publique a encore montré des images de milliers de paquets de cigarettes étant incinérés. Et aujourd’hui, si le Turkménistan est très loin de se distinguer en matière de démocratie, le pays peut se targuer d’avoir le plus faible pourcentage de fumeurs au monde, seulement 8% selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles