Soupçons d'abus sexuels par des militaires français en Centrafrique : le parquet de Paris ouvre une nouvelle enquête

Le parquet a reçu via le ministère de la Défense une dénonciation des Nations unies sur des soupçons d'exploitation et d'abus sexuels, de 2013 à 2015 à Dékoa (est), impliquant des militaires français.[MARCO LONGARI / AFP]

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur de nouveaux soupçons d'abus sexuels évoqués par l'ONU la semaine dernière et visant des militaires français basés en Centrafrique, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Le parquet a reçu via le ministère de la Défense une dénonciation des Nations unies sur des soupçons d'exploitation et d'abus sexuels, de 2013 à 2015 à Dékoa (est), impliquant des militaires français.

A lire aussi : Centrafrique : des soldats français soupçonnés d’avoir encouragé des actes zoophiles

Selon la source, ce signalement ne donne pas de précision sur le nombre de victimes, leur âge, ou le nombre de militaires impliqués. L'enquête, ouverte vendredi, est confiée à la gendarmerie prévôtale. L'enquête, ouverte vendredi, est confiée à la gendarmerie prévôtale, chargée d'enquêter sur les crimes et délits commis par des militaires français lors d'opérations extérieures.

La semaine dernière, l'ONU a révélé avoir reçu de nouveaux soupçons, faisant état d'informations selon lesquelles des soldats français de Sangaris auraient forcé en 2014 des jeunes filles à avoir des rapports sexuels avec des animaux en échange d'une petite somme d'argent.

 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles