Un inestimable manuscrit de l’époque napoléonienne retrouvé par hasard

Il décrit un des plus sanglant sièges des guerres napoléoniennes.[CC / alexandria / Pixabay]

C’est une découverte qui va ravir tous les amateurs de l’époque napoléonienne. Un libraire australien a déniché par hasard dans ses réserves un inestimable document écrit de la main même d’une figure militaire du début du XIXe siècle.

Il s’agit du journal manuscrit de John Squire, un officier britannique qui s’est illustré sur plusieurs champs de bataille européen face aux armées napoléoniennes. Il a notamment combattu en Egypte en 1801 et en Espagne et aux Pays-Bas entre 1811 et 1812.

A lire aussi : 200 squelettes de soldats de Napoléon découverts en Allemagne

L’homme a suffisamment marqué les esprits de son époque pour être mentionné dans des dépêches diplomatiques de Wellington aussi bien pour ses qualités de militaire efficace que d’honnête homme doué pour l’écriture et sa connaissance de l'histoire et des antiquités. Bref, le genre de personnage bien connu des historiens.

Le siège le plus sanglant des guerres napoléoniennes

Son manuscrit traite essentiellement de considérations militaires. Il détaille notamment le second siège de l'armée anglaise-portugaise de la ville espagnole de Badajoz, qui a eu lieu en mai et Juin 1811. Réputé être un des plus sanglant sièges des guerres napoléoniennes (6.500 morts et blessés), il avait vu la défaite de la garnison du général Philippon. Le récit de Squire pourrait apporter de nouveaux éclairages sur les innombrables conflits qui ont secoué le continent européen à cette époque.

A lire aussi : Des souvenirs de Napoléon dérobés en Australie

La vraie surprise c’est que ce document inestimable a été exhumé d’une librairie d’Hobart, en Australie. Comment ce manuscrit a-t-il pu traverser les océans de cette façon ? Il est probablement arrivé dans les bagages des colons qui ont établi la Terre de Van Diemen.

Il a finalement été découvert il y a quelques semaines par les nouveaux propriétaires de la librairie dans une pile de vieux livres rangés dans un placard. Et dire que son propriétaire a faille le vendre pour une bouchée de pain au plus offrant.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles